Pourquoi la communication de crise ne permet pas de penser la crise ?

Dans un article récent1 nous avons proposé d’analyser les « crises » toujours en fonction de la société dans laquelle elles surgissent. Autrement dit, prendre en compte les valeurs et les normes qui structurent cette société. La communication de crise, très présente dans les préoccupations de différentes organisations, publiques comme privées, se pose comme réponse à la situation dérangeant le déroulé normal d’opérations dans ces organisations. Pourtant, elle est bien incapable d’offrir la moindre réflexion sur ce qu’est une crise ; au contraire elle évolue dans les formats à la mode des questions servant à répondre au « comment ».

La communication de crise est en fait plus une pratique de professionnels de la solution qu’un concept pouvant servir à une démarche scientifique. Plus exactement, elle nécessite, encore plus que la communication de l’État, un réel effort de distanciation par rapport à des prénotions – comme crise ou événement – et des prêts-à-penser – comme la crise en tant que phénomène pouvant être corrigé qui rodent autour d’elle. Il importe, comme toujours en sciences sociales, de réfléchir au sens des mots et des expressions que les acteurs utilisent avant de les utiliser nous-mêmes. Dans le cas de la communication de crise, un pas de côté est à effectuer pour éviter de se transformer en conseiller.

Par exemple, T. Libaert2, dans un ouvrage ressemblant plus à un manuel par ailleurs qu’un ouvrage de réflexion – ce qui n’est absolument pas reprochable précisons le –, procède seulement à une discussion de la « crise » comme un événement se présentant comme un danger pour une organisation, en l’occurrence les entreprises. Pourtant, comme le fait A. Mattelart3, la mise en relation avec le cadre historique est décisive dans la compréhension de ce qu’est une « crise » dans nos sociétés modernes. Il explique en effet que celles-ci se dirigent vers une globalisation, dans laquelle les entreprises ont un rôle central. Les sociétés modernes connaissent également un développement important de la communication de crise avec des tensions de plus en plus fortes et nombreuses (crise écologique, licenciement, scandale sanitaire, corruption, exploitation, etc.). La crise, pour A. Mattelart, ne fait pas l’objet d’une communication exceptionnelle mais d’une communication normale car la crise a été intériorisée.

Ce constat est important car il insiste sur le fait qu’une « crise » n’est pas juste un phénomène de discontinuité mais bien au contraire faisant partie d’une Histoire où dominent des idéologies et des représentations du monde. En effet, en voyant l’anormal là où en fait nous pourrions plutôt voir une démarche habituelle pour une entreprise – c’est-à-dire anticiper les problèmes qu’elle peut causer et une série d’opérations à mettre en œuvre en public pour (tenter de) corriger ces problèmes –, on se condamne à oublier de poser la question du rôle des entreprises dans notre société. Que penser des entreprises qui ont intériorisé la « crise » et sa communication ? Ne pourrions-nous pas demander à celles-ci de revoir leur mode d’organisation et de fonctionnement plutôt que d’attendre d’elles qu’elles s’adressent à la soit-disant exception de manière claire et efficace, mais pour combien d’échecs également ? Par exemple, dans le secteur financier, la communication de crise est celle qui vient rassurer les investisseurs que le fonctionnement habituel du marché va revenir, sans aborder les risques présentés par la spéculation, action ordinaire sur ces marchés financiers, et cela depuis si longtemps. On ne s’interrogera pas non plus par la même occasion sur l’organisation et le fonctionnement en dernière instance de l’économie et de la finance, avec une expansion de la masse monétaire et du recours au prêt4.

Au total, la communication de crise, comprise comme réponse à l’anormal, conçu comme le font les spécialistes du conseil en entreprise, n’est qu’une réponse à la question « comment » ; comment s’en sortir auprès du public quand on est en crise ? Comment revenir à une situation normale ? Comment faire pour éviter l’aggravation d’une situation anormale ? Il ne faut pas se tromper sur l’importance de ces questions. Les professionnels de la communication et de la politique que nous avons interrogés dans le cadre de notre thèse le soulignent souvent. L’important n’est pas de savoir pourquoi cette crise est arrivée (ses mécanismes, ses raisons structurelles), mais plutôt de savoir comment la gérer. Toutefois, une fois passé ce cap – si cela est possible –, une fois passé le temps de l’usage de la communication de crise, n’est-il pas venu le temps de la « communication des questionnements », une qui encouragerait tout le monde à comprendre en quoi consister cette crise et pourquoi il faudrait proposer des solutions de fonds ?

1https://ptvirgule.hypotheses.org/192

2LIBAERT Thierry, La communication de crise. Paris : Dunod, 2010, 120 p. (Les Topos. Éco-gestion)

3MATTELART Armand, La mondialisation de la communication. Paris : Presses universitaires de France, 1996, 126 p. (Que sais-je ?)

4KINDLEBERGER Charles Poor, Histoire de la spéculation financière : de 1700 à nos jours. Édition P.A.U., 1994, 341 p. (Finance, éthique, confiance


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.