La confusion des représentations

Il semble qu’il existe en France une confusion des représentations qui empêche de bien saisir les implications de l’une comme de l’autre. Ce problème est déjà lié à une limitation de la langue française, n’ayant qu’un seul terme, celui de « représentation », pour parler d’un mode d’organisation de la vie socio-politique. Cette limitation a des effets sur la manière de concevoir ce mode et se dresse contre une réflexion plus approfondie sur le système politique français. Pourtant, nous considérons qu’il est bénéfique de s’interroger sur la représentation, en prenant la peine, dans un premier temps, d’interroger le mélange que fait subir le « sens commun » à ce concept.

Un seul terme pour deux phénomènes socio-politiques différents mais complémentaires

Une des difficultés pour les sciences sociales est de « faire avec » le langage courant pour penser le monde social. Nous devons utiliser un « langage naturel »1 alors même que nous essayons justement de nous dégager de ses limitations et des effets qu’il cause sur la manière de penser (et d’agir). La nécessite s’impose alors de prendre ses distances face aux « pré-notions », comme le conseille E. Durkheim2, ce qui peut rendre le discours des sciences sociales plus obscur plus dur – nous en avons parlé ailleurs en parlant de « justesse du mot »3. Toutefois, les individus, en dehors de la réflexion scientifique, ne s’interrogent pas forcément sur ces notions toutes faites, que l’on utilise autant par habitude que par convenance, alors même – et c’est bien tout le propos de notre série « La Courbe au point – qu’ils pourraient bénéficier d’une mise en question de celles-ci. La représentation politique est elle « victime » de l’absence d’un questionnement sur sa forme « pré-notionnelle ».

En allemand, on utilise deux termes pour parler de la représentation : repräsentation, qui est simplement l’activité occupée par un représentant dans le cadre d’un mandat et vertretung, qui est, possiblement dans le même cadre, l’incarnation des représentés dans un représentant ou un corps de représentants4.Y. Sintomer définit une représentation qu’il qualifie de juridico-politique, mêlant les deux visions de la représentation ; comme il le dit la représentation-incarnation « implique l’incarnation juridico-politique d’une multiplicité dans un corps unique, plutôt qu’un transfert d’autorité juridique »5. Il semble que c’est tout à fait juste. Le système politique français admet des procédures juridiques légitimes, comme les élections présidentielles, par lesquelles un petit nombre d’individus pourraient incarner l’État – en témoignent par ailleurs des interrogations (critiques) sur la représentation dans ce système présentes en France depuis plus d’un siècle6.

La rédaction de cet article a été motivée par la réponse d’une chargée de communication, ayant travaillé dans un ministère français, à une question que nous posons dans le cadre de notre thèse durant des entretiens ; à savoir « Qui représente l’État selon vous ? ». En résumé, sa réponse fut de désigner l’intégralité des services de l’État comme représentants de l’État ; du ministre à l’agent d’accueil d’une mairie. Disons-le tout de suite, cette réponse n’est pas fausse, loin s’en faut, mais elle omet tout un aspect découlant de la confusion des représentations ; il s’agit en vérité de prendre d’abord (et seulement dans ce cas) en considération la représentation-mandat. Et c’est d’ailleurs, sans même mettre en question la légitimité démocratique d’un individu non-élu à représenter l’État, comme si cette capacité était « naturelle », comme si elle « coulait de source ». Nous pouvons ici répéter l’idée de P. Rosanvallon7 qui soutient que l’administration publique avec le suffrage universel sont la double légitimité originale de la démocratie. Nous n’entrerons certainement pas dans un débat de philosophie politique, notons juste que cette chargée de communication, comme tous les membres des services de l’État non-élus, jouent, symboliquement et pragmatiquement, un rôle politique important, alors qu’ils ne sont pas élus.

D’un côté, ce drôle de mandat – qui n’en est pas un – est donc celui d’un non-élu, d’un « fonctionnaire », d’un membre de l’administration publique qui fait son travail en bénéficiant d’un capital symbolique particulier. Il peut même jouer avec cette capacité de représentation, d’après P. Bourdieu, en créant des exceptions « à la règle de l’État »8. Par exemple, un gendarme qui vous arrête pour excès de vitesse mais qui vous laisse partir sans amende, joue avec la règle et vous autorise à y échapper, en fait à échapper à la sanction de l’État. D’un autre côté, l’État représenté par le président de la République n’a pas la même « force symbolique ». L’État qui fait exception par l’action d’un gendarme n’est pas le même que l’État qui fait exception par l’action du président. C’est sans aucun doute pourquoi la grâce présidentielle a tant d’importance et bénéficie d’une telle mise en public. Dans la terminologie bourdieusienne, ces deux cas restent de la « magie d’État », soit des « actes de certification ou de validation par lesquels une autorité officielle, agissant en mandataire de la banque centrale de crédit symbolique qu’est l’État, garantit et consacre un certain état de choses, une relation de conformité entre les mots et les choses, entre le discours et réel »9, mais ce n’est certainement pas une magie au même niveau.

La distinction à faire pour ne plus confondre les deux représentations peut être celle de comprendre la différence entre « agir au nom de » et « agir comme »10. Le gendarme agit au nom de l’État, en tant qu’acteur du respect des lois toujours écrites avec l’accord étatique, et le président agit comme l’État, en tant que son représentant le plus haut, il peut formuler des phrases comme s’il était l’État (nous avons défendu ailleurs ce fait politique français en parlant de monopole de représentation de l’État11). La confusion des représentations empêche donc de bien distinguer la représentation-mandat – dans le cas des fonctionnaires on pourrait dire la « représentation par occupation de fonction non élue » – et la représentation-incarnation alors que nous pourrions justement nous demander pourquoi certains individus ont le droit (légitimité) et la capacité (crédibilité)12 d’agir au nom de l’État ?

La représentation-incarnation et la communication de l’État : pourquoi il s’agit de violence symbolique ?

Nous proposons ici (très rapidement) une interrogation que nous pourrions travailler dans la compréhension de la représentation-incarnation et de ses rapports avec le système politique français ; pourquoi la communication de l’État français, en tant qu’elle découle d’une incarnation de l’État par les membres de l’exécutif, est une violence symbolique ? D’après P. Bourdieu13, cette dernière est une violence douce nécessitant l’adhésion de ceux qui la subissent, et c’est parce qu’elle est douce et acceptée qu’elle a autant d’emprise sur l’ordre social. Toutefois, et même si elle entraîne des visions du monde structurantes, elle ne peut se maintenir sans la répétition des conditions de sa domination sur l’ordre social. P. Bourdieu insiste ici sur le « rôle » de l’habitus qui signifie une manière de percevoir, de se comporter, de penser et d’agir selon des valeurs et des normes intériorisés au cours de la vie. Cet habitus, surtout s’il est celui d’un dominant, va justement contribuer à jouer (et bénéficier) de la violence symbolique.

La communication de l’État participe, selon nous, à ces répétions quotidiennes de la domination étatique sur l’ordre social et politique. Tous les jours, l’État incarné, les ministres et le président de la République, communiquent et nous l’acceptons sans protester. Ils nous dictent la « réalité », comme si l’État nous expliquait ce qu’il en était, et nous pouvons ne pas être d’accord, mais nous sommes toujours d’accord sur le fait que ce sont les membres de l’exécutif qui parlent comme l’État. Les manifestations contre la « loi Travail » se portaient contre cette loi de l’État et non pas contre la capacité d’une ministre à incarner l’État et à annoncer ce que sera le futur du marché du travail français. Il faut dire que la possible logique dans la suite de cette réflexion peut faire peur ; pour résumé, si l’on questionne la représentation-incarnation par l’exécutif français, ne questionnons-nous pas la capacité de l’État à prendre des décisions pour l’ensemble de la Nation ? Pas forcément mais cela est possible et c’est une question qu’il semblerait nécessaire de se poser, compte tenu de l’état de délitement des liens sociaux aujourd’hui (l’État n’arrive t-il plus à garantir ce qui fait le collectif en France ?).

En tous cas, la communication de l’État est typiquement l’exemple de l’emprise de la violence symbolique sur le quotidien et il est absolument indispensable de se débarrasser de la conception de la communication comme simple apparence : le « c’est que d’la com » fait plus de mal qu’autre chose (c’est ce que nous montrons dans la série « c’est pas que d’la com » de ce carnet). Un ministre ou le président peut agir comme l’État et c’est une réalité politique non discutée. Pourtant, se faisant, il agit toujours (ou presque comme en témoigne le rapport paradoxal avec l’Union européenne14) dans l’ « intérêt » de l’État en participant à reproduire les conditions de sa domination sur l’ordre social et politique. Par là nous entendons particulièrement la capacité étatique de « fixer la réalité », de dire ce qui est, dans une langue précise, dans un langage et un vocabulaire particuliers, avec une idéologie spécifique, etc. – même si bien sûr, nous le répétons, il est possible de contredire l’État, mais ça ne sera jamais l’avis dominant, dominant en pouvoir et non en nombre.

En somme, la confusion des représentations revient à mélanger la partie « mandat » ou « par occupation de fonction non élue », c’est-à-dire cette représentation où un individu peut agir « au nom de », sans jamais se prétendre être ce qu’il représente ; ou la partie « incarnation », c’est-à-dire cette représentation où l’individu peut agir comme s’il était ce qu’il représentait.La confusion des représentations peut revenir aussià oublier complètement cette deuxième partie. Au final, il s’agit d’un handicap pour une réflexion sur la représentation dans le système politique français, et notamment une réflexion sur ce qu’est la communication de l’État, débarrassée d’une conception simplistede la communication comme simple apparence.

1PASSERON Jean-Claude, Le raisonnement sociologique : un espace non poppérien de l’argumentation. Paris : Albin Michel, 2006, 666 p. (Bibliothèque de l’Évolution de l’Humanité)

2DURKHEIM Émile, Les règles de la méthode sociologique. Paris : Presses Universitaires de France, 2007, 149 p. (Quadrige. Grands textes)

3https://ptvirgule.hypotheses.org/144

4HOFMANN Hasso et al., « Le concept de représentation : un problème allemand ? » [Document en ligne] Raisons politiques, n°50, 2013, volume 2, pp 79-96. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2013-2-page-79.htm (consulté en mai 2016)

5SINTOMER Yves, « Les sens de la représentation politique : usages et mésusages d’une notion » [Document en ligne] Raisons politiques, n°50, 2013, volume 2, page 21. Disponible sur : http://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2013-2-page-5.htm (consulté en mai 2016)

6ROSANVALLON Pierre, La légitimité démocratique : impartialité, réflexivité, proximité. Paris : Éditions du Seuil, 2008, 367 p. (Les livres du nouveau monde)

7ROSANVALLON Pierre, ibid.

8BOURDIEU Pierre, Les structures sociales de l’économie. Paris : Éditions du Seuil, 2000, 289 p. (Liber)

9BOURDIEU Pierre, La noblesse d’État. Grandes écoles et esprit de corps. Paris : Les Éditions de Minuit, 1989, page 538 (Le sens commun)

10SINTOMER Yves, ibid.

11https://ptvirgule.hypotheses.org/156

12D’après la distinction faite entre crédibilité et légitimité par P. Charaudeau ; CHARAUDEAU Patrick, Le discours politique : les masques du pouvoir. Limoges : Éditions Lambert Lucas, 2014, 255 p.

13BOURDIEU Pierre, Langage et pouvoir symbolique. Paris : Éditions du Seuil, 2001, 423 p. (Points : essais) ; BOURDIEU Pierre, Le sens pratique. Paris : Les Éditions de Minuit, 1980, 474 p. (Le sens commun)

14Voir https://ptvirgule.hypotheses.org/79

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *