3° La réception critique de la communication politique : méthode et méthodologie

Ce billet fait suite aux deux billets de réflexion théorique sur la réception et la critique citoyenne. Ici, j’entame une réflexion sur la méthodologie à employer pour mener à bien cette recherche sur la réception critique citoyenne des activités communicationnelles des professionnel-les de la politique. Etant donné que c’est ce que pensent les citoyennes et citoyens qui m’intéressent, il est logique de se tourner vers la méthode des entretiens. Dans un premier temps, je justifierai ce choix en indiquant le type d’entretien choisi et ses raisons. Dans un second temps, je proposerai une manière de travailler avec ces entretiens pour la suite de la recherche.

Entretien non-directif : laisser la parole aux citoyennes et citoyens pour accéder aux représentations et aux conceptions de la communication politique

Il existe plusieurs types d’entretien que l’on distingue en fonction du degré de liberté laissée à l’enquêté-e dans les réponses et les sujets abordés. Plus globalement, les entretiens sont classés selon la directivité décidée par l’enquêteur : cela part du plus directif, un interrogatoire de police, au moins directif, une cure psychanalytique, en passant par un entre-deux, un entretien mené à partir d’une grille. Compte tenu de mes objectifs de recherche, l’entretien non-directif est tout désigné. Comme le précise G. Michelat (1975, p. 230), « son apport nous semble essentiel à chaque fois que l’on cherche à appréhender et à rendre compte des systèmes de valeurs, de normes, de représentations, de symboles propres à une culture ou à une sous-culture ». L’entretien non-directif est donc une sorte de passerelle pour accéder aux représentations de l’organisation et du fonctionnement d’une société par ses membres. En interrogeant un individu, il est possible d’en apprendre plus sur cette société ou sur une partie de cette société. Toutefois, il faut respecter certaines conditions comme la non-imposition des thèmes et des concepts, et la croyance, de la part du chercheur ou de la chercheuse, en l’importance de la parole de l’enquêté-e.

L’idée sous-jacente et défendue par G. Michelat, s’inspirant des travaux d’E. Sapir et J. Stoetzel, est que chaque individu est « représentatif » de sa culture ou de sa sous-culture (ibid., p. 232). Le politologue français exprime sur ce point une fausse erreur intéressante d’un point de vue à la fois méthodologique et épistémologique – c’est-à-dire vis-à-vis de ce qu’il est permis et possible de vérifier sur un « terrain » et vis-à-vis de la réflexion scientifique engagée. En effet, il semble étrange de chercher à atteindre le social à travers les individus. Dans mon cas par exemple, ne faudrait-il pas mieux observer des groupes échanger sur la communication politique ou lire des productions collectives diverses sur ce thème, plutôt que d’interroger des individus ? L’avis d’un ou d’une citoyenne n’est pas l’avis de toutes et il y a alors le risque d’opérer une généralisation à outrance. Cependant, en s’inscrivant dans une perspective épistémologique qui mêle l’individu et la société dans un rapport dialectique, je comprends qu’un individu « représente plutôt des formes particulières de systèmes généraux ou partiels correspondants à des groupes ou à des sous-groupes » (ibid., p. 235). Cette réflexion fait écho aux propos de G. Mendel (1992, p. 11) quand celui-ci, dans une démarche inverse, tente d' »accéder indirectement à la psychologie sociale du sujet grâce à l’étude des mouvements collectifs dans un certain groupe ». Pour le sociopsychanalyste français, le social est fortement intriqué à la psychologie individuelle, tant et si bien que l’observation d’un groupe l’opportunité de saisir cette psychologie. En bref, G. Michelat et G. Mendel se rapprochent dans la mesure où pour les deux, on ne peut pas séparer individu et société ; on peut accéder à l’un ou l’autre par l’analyse de l’un ou l’autre.

Ainsi, nous reprenons l’idée que les citoyennes et citoyens sont porteurs de leur culture et sous-culture, une culture politique française et, plus généralement, une représentation de ce qu’est la communication politique, ce qu’elle doit être et ce qu’elle ne peut pas être. Je pars du principe que mes enquêté-e-s seront représentatifs d’une pensée normative de la communication politique. Cependant, il importe de ne pas postuler la transparence totale de l’individu ou, plus exactement, la correspondance total de son discours au social. L’illusion de la transparence est trompeuse car elle fait l’impasse sur les blocages, la censure (Maître, 1975) et laisse croire que les individus sont forcément capables de comprendre les raisons de leurs gestes et pensées. Une partie de mon travail consistera en conséquence à rechercher les traces de ces blocages ou d’une censure pendant l’analyse, mais, plus encore, susciter au cours de l’entretien une « exploration » (ibid., p. 255) par l’enquêté-e de sa pensée. L’entretien non-directif, proche d’une cure psychanalytique, est, comme relevé par certains auteurs (Maître, 1975 ; Michelat, 1975 ; Bardin, 2013), tout à fait en mesure d’amener à interpréter le sens latent, profond des paroles de l’enquêté-e. En bref, il s’agira pour moi, sans me prendre pour ce que je ne suis pas , c’est-à-dire un psychanalyste, d’avoir une attitude qui favorise une interrogation en profondeur de l’enquêté-e vis-à-vis de sa conception de la communication politique. C’est ce que D. Demazière et C. Dubar appellent une « orientation de base » (1997, p. 88), soit une réflexion sur ce que l’entretien doit viser, sans pour autant fixer une grille d’entretien. Cette orientation concerne le « contrat implicite » (ibid., p. 88) entre l’enquêté-e et l’enquêteur sur la manière dont l’entretien va se dérouler, aussi bien sur ses objectifs que sur son organisation.

Il faut maintenant aborder plus en détails la question de la transparence et de la censure dans les discours des enquêté-e-s. La psychanalyse se donne comme objectif de chercher le sens « latent » dans les activités psychologiques d’un individu et dans son discours – par exemple, lire S. Freud sur les rêves pour comprendre l’importance accordée par la psychanalyse à ce qui est latent, caché (2013). De notre côté, la recherche que je souhaite effectuer ne se donne pas comme mission de mener une analyse de cette « psychologie des profondeurs », c’est-à-dire une étude des processus psychologiques « à l’arrière-plan du conscient » (Assoun, 2007, p. 360). Par ailleurs, il faut garder en tête les critiques épistémologiques et méthodologiques justifiées envers la manière de procéder de la psychanalyse. En effet, l’interprétation en psychanalyse se base sur une capacité toute individuelle et difficilement objectivable dans un procédé méthodologique sans ambiguïté forte (Cioffi, 2010). Ainsi, je ne peux envisager d’interpréter le discours de nos enquêté-e-s afin d’en dévoiler le sens latent, que moi seul pourrait saisir à travers la finalité de comprendre l’inconscient des enquêté-e-s. Il s’agit ici d’aborder l’enquête de façon humble, de reconnaître l’importance de la parole des enquêté-e-s, de leur intelligence propre vis-à-vis de ce qu’ils ou elles ressentent et pensent, tout en ne croyant pas avoir atteint une compréhension absolue à partir de ces discours – parce que je serai parvenu au dévoilement de l’inconscient.

Il demeure enfin la question de la sélection des enquêté-e-s. Si c’est la représentation des citoyens et citoyennes qui m’intéresse, dois-je interroger un échantillon représentatif en me basant sur un recensement de la population par l’INSEE par exemple ? Cela pourrait être fastidieux et inutile, dans la pratique, par rapport à l’idée qu’un individu est représentatif de sa culture. En effet, pourquoi faire le lien entre individu et société et s’appuyer ensuite sur une représentativité statistique – ce qui aurait tout l’air d’une opération positiviste de protection pour assurer la « validité scientifique » de mon travail en m’appuyant uniquement sur des chiffres. Dès lors, pour la sélection des enquêté-e-s, l’échantillon « en boule de neige » proposé par J.-B. Legavre (2013, P. 201) me paraît intéressant par son coté hasardeux mais également dans la relation qu’il peut instaurer avec les enquêté-e-s. Cet échantillonage repose sur la présentation au chercheur des futur-e-s enquêté-e-s par les enquêt-e-s en cours. D’un coté, cela évite au chercheur d’introduire des biais dans une sélection arrangeante, par un aspect pratique (les enquêté-e-s sont des connaissances ou font partie de son milieu socioprofessionnel) ou pas un aspect idéologique (les enquêté-s- partagent l’avis du chercheur et sont d’emblée intéressé-e-s par son travail). En privilégiant une première sélection au hasard et en recourant à l’effet « boule de neige » à partir des premier-e-s enquêté-e-s, le chercheur limite les biais de ce type. En revanche, il met immédiatement le pied dans un autre, celui de mener une enquête dans un groupe ou sous-groupe particulier, puisque, en toute logique, les enquêté-e-s vont présenter des individus qu’ils présentent. Il faut donc à tout prix multiplier les premières sélections hasardeuses pour ne pas se concentrer sur un sous-groupe ou groupe. D’un autre côté, je pourrai compter sur une transmission de confiance ou, au moins, sur un début de relation plus détendu du fait que c’est une connaissance (ami ou famille) qui m’a introduit à l’enquêté-e. On est là assez proche de l’effet de « proximité » présenté par P. Bourdieu (1993), garantissant une limitation de la violence symbolique potentiellement présente dans un entretien. Il s’agit pour le sociologue de jouer avec la ressemblance sociale entre l’enquêté et l’enquêté-e. Dans mon cas, cette proximité relèvera plutôt d’un rapprochement par une connaissance tiers, mais l’objectif reste le même ; se donner les moyens que le relation sociale qu’est l’enquêté se déroule de la meilleure des façons, à savoir que l’enquêté-e soit dans une disposition qui favorise le plus possible son expression, sans qu’il ou elle se sente jugée, pressée ou mal-à-l’aise. La sélection des enquêté-e-s se fera donc à la fois au hasard et à la fois par l’intermédiaire des enquêté-e-s.

Typologie : caractériser les représentations et les critiques citoyennes de la communication politique

Etant donné mes objectifs de recherche, je me dirige logiquement vers un traitement qualitatif des entretiens. Il ne s’agit pas de déterminer avec précision quelle proportion de la population possède tel ou tel type de critique de la communication politique, mais de connaître ces critiques dans les détails, de les caractériser et également de connaître à quelles conceptions du gouvernelment ces critiques font échos chez les citoyen-nes.  Comme le note G. Michelat, la quantification laisse « échapper l’essentiel des significations » (1975, p. 238) et transforme l’entretien en « extension des questions ouvertes » (ibid., p. 239) présentes dans un questionnaire. Pour cette raison, nous choisissons d’effectuer une typologie, mais il ne reste à préciser sur quoi et avant même cela, à s’arrêter sur cette notion de typologie pour ne pas l’utiliser sans réfléchir.

Dans le précédent billet, j’ai expliqué être intéressé par la réception active et politique des citoyennes et citoyens. Pour identifier et comprendre cette réception, le recours à l’idéal-type peut être précieux. Cet outil a été introduit par M. Weber comme « la forme d’une construction intellectuelle destinée à mesurer et à caractériser systématiquement des relations individuelles, c’est-à-dire significatives par leur singularité » (Weber, 1992, p. 185). L’établissement d’une typologie revient à promener le scalpel de la recherche sur un objet précis, non pas pour le défigurer mais pour faciliter la réflexion tout en ayant conscience de l’artificialité de l’opération de découpage – artificialité ici n’ayant pas le sens péjoratif que les attaché-e-s au naturel lui confient, mais celui d’une réflexivité du chercheur concernant son influence sur la construction de l’objet de recherche. On comprend qu’en utilisant une typologie, on ne décrit pas la réalité, mais on fournit une aide pour mieux la comprendre. Les idéaux-types sont donc une première étape dans la recherche et ne seraient, à eux seuls, en constituer l’aboutissement. Pour faire court, l’application d’une méthode (entretien, questionnaire ou autre) entraînera à l’identification d’idéaux-types, et ceux-ci entraîneront à leur tour la formulation de questions, comme un dialogue entre pensée conceptuelle et résultats empiriques. Le recours à la méthode typologique permet une double opération de distanciation vis-à-vis de pensées des acteurs – ne pas rester attacher à leurs conceptions sans pour autant les ignorer totalement – et de conscientisation de l’artificialité du travail du chercheur – ce que le chercheur fait à son objet de recherche.

Toutefois, je pense tout comme J.-P. Grémy et M.-J. Le Moan (1975) que cette manière de concevoir la typologie n’est pas tout à fait webérienne. Pour le sociologue allemand, une typologie est essentiellement théorique alors que les chercheurs, dans leur utilisation de cet outil, mettent en correspondances leurs idéaux-types et les résultats de terrain. Ce n’est pas grave en soi, sauf pour les dogmatiques qui pensent avoir tout compris d’un auteur et poussent des cries d’orfraie devant chaque écart avec leurs interprétations. Il faut juste ne pas recourir à l’autorité d’un grand auteur sans fournir de réflexion sur ce qu’il propose. La typologie que j’utilisera sera donc inscrite dans un rapport dialectique entre théorie et terrain. Les idéaux-types déterminées s’appuieront sur les résultats et serviront à pousser l’analyse plus loin.

Pour finir, je peux avancer sur la réflexion en proposant des directions à suivre concernant des typologies qui me semblent potentiellement importantes à tracer. Par contre, je ne rentrerai pas dans les détails de façon à ne pas trop m’influencer en créant des attentes particulières par rapport aux résultats :

1° une typologie concernant le positionnement des citoyen-nes vis-à-vis de la communication, c’est-à-dire une typologie des critiques formulées

2° une typologie du positionnement des citoyen-nes vis-à-vis du mode de gouvernement, c’est-à-dire une typologie de la pensée politique à l’égard de la démocratie représentative.

En somme, une double identification semble nécessaire dans l’objectif d’analyser finement, soit sans confusion, la critique citoyenne de la communication politique ; identifier avec précisions les formes que peuvent prendre les critiques de cette communication ; identifier avec précision les critiques du gouvernement – au sens de dreiction de la société et non pas des « personnes au gouvernement ». Il existe deux objectifs liés à cette double identification. Tout d’abord savoir ce qu’est cette critique citoyenne de la communication politique aujourd’hui en France pour interroger, la conscience, la pensée des citoyens vis-à-vis des rapports de domination. Ensuite, savoir s’il existe un rapprochement entre critique de la communication politique et volonté ou pas d’émancipation – le « ou pas » désignant ici la possibilité, tout à fait assumée et reconnue, de trouver autre chose et de s’en satisfaire.

Bibliographie

ASSOUN Paul-Laurent, Psychanalyse. Paris : Quadrige, 2007, 765 p. (Quadrige. Manuels)

BARDIN Laurence, L’analyse de contenu. Paris : Presses Universitaires de France, 2013, 291 p. (Quadrige Manuels)

BOURDIEU Pierre, « Comprendre » In : BOURDIEU Pierre (dir.), La misère du monde. Paris : Éditions du Seuil, 1993, pp. 903-925 (Libre examen)

CIOFFI Frank, « je suis désolé j’ai pas pris en note le nom du chapitre », IN : MEYER Catherine (dir.), Le livre noir de la psychanalyse. Vivre, penser et aller mieux sans Freud. Paris : Éditions des Arènes, 2010, pp. 331-356

DEMAZIERE Didier, DUBAR Claude, Analyser les entretiens biographiques. L’exemple de récits d’insertion. Paris : Nathan, 1997, 350 p. (Essais & Recherches)

FREUD Sigmund, Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse. Paris : Gallimard, 2013, 263 p. (Folios. essais)

GRÉMY Jean-Paul, LE MOAN Marie-Joëlle, « Analyse de la démarche de construction de typologie dans les sciences sociales », Informatique et sciences humaines, n°35, 1975, 74 p.

LEGAVRE Jean-Baptiste, « Des effets paradoxaux de stratégies de communications : quelques réceptions inattendues d’un magazine territorial » [Document en ligne] Questions de communication, n°24, 2013, pp. 199-218. Disponible sur :https://journals.openedition.org/questionsdecommunication/8706 (consulté en septembre 2018)

MAÎTRE Jacques, « Sociologie de l’idéologie et entretien non directif. Note de lecture » [Document en ligne] Revue française de sociologie, n° 16, 1975, pp. 248-256. Disponible sur : https://www.persee.fr/doc/rfsoc_0035-2969_1975_num_16_2_6865 (consulté en décembre 2018)

MENDEL Gérard, La société n’est pas une famille : de la psychanalyse à la sociopsychanalyse. Paris : Éditions La Découverte, 1992, 305 p. (Textes à l’appui. Série psychanalyse et société)

MICHELAT Guy, « Sur l’utilisation de l’entretien non directif en sociologie » [Document en ligne] Revue française de sociologie, n° 16, 1975, pp. 229-247. Disponible sur : https://www.persee.fr/doc/rfsoc_0035-2969_1975_num_16_2_6864 (consulté en décembre 2018)

WEBER Max, Essais sur la théorie de la science. Paris : Plon, 1992, 478 p. (Agora)

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.