Quand dire stop ? La peur de ne pas avoir assez de matières à analyser

Dans ce billet je vais aborder le sujet de la peur de ne pas avoir assez de matières à analyser. Certains de mes camarades sont pris de difficultés quand il s’agit de mettre un point final à leur terrain, comme s’ils craignaient de manquer ce détail qui changerait toute leur recherche ou d’oublier ce p’tit morceau que les membres de leur jury ne manqueront pas de souligner – de toute manière, c’est une mauvaise habitude dans les jurys de critiquer ce qui n’a pas été fait plutôt que ce qui a été fait. Pourtant, il existe quelques façons (parmi d’autres) pour se soulager face à l’angoisse d’en terminer enfin. On va passer en revue ces techniques, destinées avant tout à calmer ceux qui comptent se gâcher la dégustation de foie gras au prétexte qu’ils en finiront jamais (dans certaines mesures ce billet s’adresse également à des étudiants de master).

Continuer la lecture de Quand dire stop ? La peur de ne pas avoir assez de matières à analyser

La désubjectivation de l’opinion

Avoir une opinion est facile ; la défendre est plus compliqué. Une des tendances que j’ai pu observer est le recours à la désubjectivation pour se donner raison. Autrement dit, il s’agit de dissimuler la réflexion personnelle, le subjectif, de l’argumentation pour la rattacher au concret de la réalité, l’objectivité.

Continuer la lecture de La désubjectivation de l’opinion

La communication implicite : quelques réflexions sur le théâtre

Ce court billet servira à coucher sur « papier » une réflexion qui m’est venue après avoir assisté à plusieurs représentations de théâtre. Il s’agissait toujours de la même pièce, jouée par les mêmes acteurs. Ainsi, une comparaison m’est venue presque naturellement vis-à-vis du comportement des acteurs et du public à chaque représentation.

Continuer la lecture de La communication implicite : quelques réflexions sur le théâtre