Une brève analyse d’un discours de campagne électorale

La pratique de l’achat d’adresse email semble être « en marche ». Ce n’est donc pas surprenant que j’ai reçu un appel à aller voter pour la candidate de ce « mouvement » pour la neuvième circonscription de l’Isère, même si je n’ai jamais effectué la moindre démarche pour donner le moyen à ces individus de tenter de me séduire. L’occasion est alors bonne de présenter une brève analyse de cette lettre de la candidate, Elodie Jacquier-Laforge. On retrouvera, bien loin du discours de renouvellement, des impératifs présents dans le discours politique de l’exécutif français depuis au moins quarante ans, si l’on se base sur mes analyses de corpus effectuées dans le cadre de ma thèse. On se posera la question de la signification de la présence de ces impératifs.

Continuer la lecture de Une brève analyse d’un discours de campagne électorale

Dialogue entre deux dogmatiques

La question de la neutralité en sciences sociales est débattue depuis longtemps. Déjà, au début du XXe siècle, M. Weber1 s’interrogeait sur la « neutralité » de la sociologie naissante et la rapportait à la relation entre chercheur et valeurs. Il n’était pourtant pas radical sur ces relations et soutenait que les chercheurs pouvaient avoir des jugements de valeur, à condition de les signaler aux lecteurs – et à eux-mêmes –, c’est-à-dire qu’ils aient conscience de formuler des jugements de ce type2. L’autre fondateur de la sociologie, É. Durkheim reconnaissait le rôle du chercheur quant à l’amélioration de la réalité. Comme l’indique dans la préface de la seconde édition De la division du travail social, « Si nous séparons avec soin les problèmes théoriques des problèmes pratiques, ce n’est pas pour négliger ces derniers : c’est, au contraire, pour nous mettre en état de mieux les résoudre »3. Toutefois, É. Durkheim rappelle que les idéaux ne doivent pas influencer l’analyse du réel. Au contraire, pour le sociologue français, il faut observer le réel et définir l’idéal à partir de cette observation – l’idéal doit reposer sur des faits. En citant ces immenses auteurs des sciences sociales, nous souhaitons souligner que la question de la neutralité n’est pas radicalement tranchée, n’en déplaisent à ceux qui se cachent derrière l’autorité de M. Weber et d’É. Durkheim pour se donner raison en proposant une lecture partiale et partielle de ces auteurs. Le texte qui suit propose un dialogue imaginaire entre deux dogmatiques, deux enseignants-chercheurs de notre époque, chacun campant sur ses positions, comme deux armées se font face ; l’un défend la neutralité de la science comme vérité indépassable ; l’autre défend l’engagement de la science comme injonction inévitable. Pour la caricature, nous nommerons le premier Max et le second Émile.

Continuer la lecture de Dialogue entre deux dogmatiques