La justesse du mot. Un « art » de chercheur

La différence principale entre un poète et un chercheur ? Le premier peut se permettre de laisser un monde d’interprétation symbolique dans un mot ; le second doit trouver le mot juste pour limiter le plus possible le nombre d’interprétation possible. Bien entendu, on trouvera ça et là des jeux de mots, des obscurités, des ambiguïtés, mais dans l’idéal le chercheur en science sociale se doit d’être très précis, donnant souvent à son discours des allures peu séduisantes. Nous allons voir ici les quelques raisons qui font que le discours scientifique apparaît difficile, voire alambiqué – les plus vulgaires diront même que cela relève de la masturbation des neurones. Pourtant, si certains peuvent prendre un malin plaisir à « parler compliqué », il faut remettre la production de ce discours dans ses contraintes sociales.

Continuer la lecture de La justesse du mot. Un « art » de chercheur

Billet invité. A propos des différents types de critique : quelques points supplémentaires sur la courbe au point

A la lecture du dernier article (dernier en date) de mon collègue sur sa série de la « courbe au point »1, je m’autorise quelques pistes de réflexions supplémentaires.

Continuer la lecture de Billet invité. A propos des différents types de critique : quelques points supplémentaires sur la courbe au point

La courbe au point 3. Différents types de critique

La critique a mauvaise image ; elle est cynique, elle est péremptoire, elle est hargneuse, elle est « grande-gueule », elle est « y a qu’à, faut qu’on », elle est sans solution. Bref, la critique est souvent relayée à de la plainte – en cela elle est très française – et quand elle se veut analytique, on la voit sur des grands chevaux. Pourtant, il existe deux types de critique, dont la première vole la vedette à la seconde pour notre plus grand malheur.
Continuer la lecture de La courbe au point 3. Différents types de critique

Penser le social : introduction à une pensée épistémologique

Dans la lignée de l’article sur le déterminisme communicationnel1, nous allons voir une manière de penser scientifique. Cette fois par contre nous prendrons un étage supérieur – non pas dans la hiérarchie mais dans la généralité – pour parler du social. Il ne s’agira pas de conseils pour penser spécifiquement la communication, phénomène et processus social, mais de conseils pour penser le social, cette « matière » que l’on veut disséquer et analyser.

Continuer la lecture de Penser le social : introduction à une pensée épistémologique

La courbe au point 2. Questionner les évidences

Alors que Descartes dans Le discours de la méthode1 en est venu à craindre la possibilité qu’un mauvais esprit lui empêche de voir la réalité, il trouve refuge dans sa croyance en l’existence de Dieu et de l’âme. En somme pour arrêter de douter, il faudrait ces deux choses ; Dieu, la certitude que ce qui est est vraiment ce qui est et, l’âme, la capacité de le percevoir, soit la capacité de percevoir ce qui est sans douter. Malheureusement, nous ne pouvons pas nous résoudre à espérer qu’un Dieu – peu importe lequel – nous assure que ce que vous voyons est la vérité, la réalité. Sinon, nous pouvons, dans une naïveté dangereuse et conservatrice, considérer que la société est bien ce qu’elle est.

Continuer la lecture de La courbe au point 2. Questionner les évidences

Le déterminisme communicationnel ou la communication qui dirige le monde

Quand on enseigne à des étudiants niveau licence en leur demandant de produire une réflexion approfondie en sciences de l’information et de la communication, on se rend rapidement compte que la grande majorité recourt à un déterminisme communicationnel qui ne dit pas son nom. Sans aucun doute faut-il voir ici à l’œuvre les prénotions de E. Durkheim1, on pourrait dire ces idées préconçues – faites de mythes, de fantasmes, de stéréotypes et de généralités – définissant le monde qui nous entoure. Bien sûr, elles sont nécessaires car l’Homme ne peut pas vivre sans fabriquer du sens sur son environnement. S’y arrêter néanmoins est une erreur et il faut toujours procéder à un effort pour s’en défaire et les interroger ; c’est que nous allons faire dans cet article2.

Continuer la lecture de Le déterminisme communicationnel ou la communication qui dirige le monde

La courbe au point. Se poser des questions ; réflexe le plus humain ?

La courbe au point est le début d’une petite aventure intellectuelle que j’aimerais partager avec d’éventuels lecteurs et – pour mon plus grand bonheur – discutants et/ou contradicteurs. Depuis un bon moment, bon car long mais surtout bon car stimulant, je m’interroge sur la force du point d’interrogation. Le plus souvent les gens cherchent des réponses, il existe d’ailleurs un métier, très en vogue et ayant une importance grandissante, dont la finalité la plus éclatante est celle d’apporter des points finaux. Les experts sont présents dans chaque coin de la maison de la pensée et il n’existe plus de poussière, si bien que l’exploration est pour les farfelus ou au pire les hérétiques. Les médias et les hommes politiques raffolent des experts car se saisissant de leur parole instaurant la vérité, ils se font porteur de l’aspirateur qui nettoie tous les doutes. Ils ont la vérité, ils savent ce qu’il faut faire et se poser des questions est une perte de temps quand on « sait ». À vrai dire la seule question autorisée demeure celle des moyens ; le point d’interrogation est aujourd’hui purement fonctionnelle pourrais-je me risquer à affirmer. On ne se pose plus les questions des essences, des valeurs, des substances, de ce qui fait vraiment que « ça va pas ». Les conséquences, les effets, les objectifs, les fonctions sont les meilleurs amis des questions. Très bien. Toutefois, la courbe au point est aussi la porte de sortie de ce monde un peu fou.

Continuer la lecture de La courbe au point. Se poser des questions ; réflexe le plus humain ?