Les multiples sens de la notion de politique

De façon courante, la notion de « politique » ne correspond qu’à un terme, ou plutôt deux mais ils se recouvrent. On parle en effet de la politique pour désigner la compétition entre les acteurs d’un champ spécialisé et professionnalisé – le champ politique – pour le contrôle des monopoles étatiques. On fait aussi référence, de manière plus distante voire peut-être inconsciente, au gouvernement des citoyens, la politique en tant qu’organisation de la direction de la Cité et des citoyens qui la composent ; une direction autant morale, matérielle que spatiale1. Le sens commun de la politique est donc d’abord une définition de ce que les individus perçoivent le plus, particulièrement par l’intermédiaire des médias ; une mise en scène, pas tellement au sens de théâtral mais plutôt de mise à disposition pour une catégorie d’acteurs d’une scène – en partie médiatique mais pas seulement – sur laquelle ils peuvent s’affronter, c’est la scène politique nationale. Ce sens commun concerne aussi, et nous pensons plus en retrait, l’organisation des relations entre individus formant une société par la loi, la police mais aussi par des institutions – au sens large2, donc autant des institutions physiques qui se traduisent par une bureaucratie et l’investissement de lieux physiques que des modes de vie, des normes et des valeurs. Ces deux sens de la notion de politique sont indéniablement justes mais ils méritent, contre la confusion, une distinction plus claire ; nous parlerons de la politique et du politique.

Continuer la lecture de Les multiples sens de la notion de politique

Y a t-il de l’espoir pour notre avenir ?

Le futur est noir. Il a été peint de charbon. Les espèces vivantes sont de plus en plus menacés1, le climat est plus en plus chaud2, la société de consommation est de plus en plus folle3, la finance est elle aussi de plus en plus timbrée4, l’économie se porte de plus en plus mal5, le social est de plus en plus instable… Suis-je un pessimiste penché de plus en plus près du bord ? Franchement – et malheureusement – je ne le crois pas ! Pourtant, il reste de l’espoir ; au fond de ce tunnel qui paraît sans fin, il pourrait y avoir de la lumière, ne serait-ce qu’un mince filé, juste assez pour que les bras ne restent pas abaissés.

Continuer la lecture de Y a t-il de l’espoir pour notre avenir ?

La communication de l’État en tant que rapport symbolique violent et disputé

Nous avons déjà réfléchi à ce qu’était – ou pour être prudent, ce que pourrait – être l’État1. Il nous resterait alors, pour définir ce qu’est la « communication de l’État », à nous arrêter sur la communication. Seulement nous l’avons déjà dit ailleurs2, la communication ne peut se penser sans sans rapport à un objet épistémologique critique. On pourrait parler de réification ici, nous parlerons plutôt de prise de recul par rapport à des pratiques d’acteurs. Sans suffisance, le chercheur doit assumer son rôle qui lui permet de faire preuve de « distanciation »3, sans toutefois nier sa participation, ou plutôt son incorporation au monde social. Cela explique que les sujets qui touchent au politique ou à l’idéologique par exemple ne peuvent vraiment analyser sans position et que l’honnêteté et l’humilité correspondent à une démarche de reconnaissance chez le chercheur de sa situation particulière.

Dès lors nous ne prendrons pas le temps de réussir l’impossible et vaine tâche qui consiste à définir LA communication comme concept mais bien plutôt à réfléchir sur ce qu’est la communication de l’État. Nous partons de l’idée quel est un « rapport symbolique violent et disputé». Afin de mieux la saisir, nous allons découper cette expression.

Continuer la lecture de La communication de l’État en tant que rapport symbolique violent et disputé

C’est pas que d’la com ! – gouverner 60 millions et plus de (consommateurs-)citoyens

Gouverner signifie diriger, indiquer, avec plus ou moins de violence, plus ou moins d’autorité, où les (consommateurs-)citoyens doivent aller ; les directions morale, matérielle et spatiale1 sont visées, autrement dit gouverner n’est pas juste l’action du berger qui emmène ses moutons d’une colline à l’autre, c’est aussi et surtout la fourniture d’un mode de vie comportant des normes, des lois et des règles tacites. Toutefois, il n’existe pas de gouvernement unique, intemporel que l’on pourrait retrouver dans chaque société et époque. À vrai dire, Jean Jacques Rousseau précisait déjà au XVIIIe siècle que la démocratie n’était pas faite pour les grandes populations – pour être tout à fait juste il pensait même que la démocratie était trop parfaite pour être un gouvernement d’hommes. Car oui, nous sommes en démocratie (qualifiée, tant pis pour l’oxymore, de représentative), une forme de gouvernement particulière parmi les deux autres les plus citées, par les philosophes politiques les plus connus – Hobbes, Locke, Macchiavelli pour ne citer qu’eux, que sont l’aristocratie et la monarchie. Le gouvernement de la France en ce XXIe siècle a donc des contraintes spécifiques qui se renouvellent à mesure que la société évolue et nous allons voir que la communication nous permet de mieux les percevoir.

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com ! – gouverner 60 millions et plus de (consommateurs-)citoyens