Archives de catégorie : société

Le temps et le doctorant

Trois ans est la durée d’une thèse « en règle général »1 et, au maximum six ans2. Pour les sciences sociales, qui ont toujours regardé les sciences dures comme le modèle, la durée idéale serait plutôt de trois ans, surtout pour les thèses financées. Cette accélération du temps du doctorat reflète l’accélération globale de la société, très bien décrite par H. Rosa3. Quelques minutes – pas plus – de réflexion sur le sujet nous amène à questionner les logiques contradictoires derrière cette volonté de donner un coup de pression temporelle aux doctorants.

Continuer la lecture de Le temps et le doctorant

La parole dans les débats citoyens

Ce billet est un retour d’expérience sur ma participation à quelques débats citoyens. Des réflexions centrées sur l’utilisation de la parole par les citoyens me sont venues en réfléchissant à ces moments d’échanges entre inconnus. Malheureusement, les différents constat formulés par P. Breton, par rapport à ses propres expériences dans des débats qu’il avait organisé et dont l’ouvrage L’incompétence démocratique1 est tiré, semblent tout à fait appropriés. Quelques éléments méritent toutefois d’être creusés, d’où ce modeste billet.

Continuer la lecture de La parole dans les débats citoyens

Maman : quelques éléments d’étymologie et de psychanalyse

Pour la fête des mères, le bon fils que je suis voulais rédiger une petite note très simple sur les origines du mot « mère ». Malheureusement, rien de très flatteur n’est ressorti d’une lecture d’un ouvrage d’É. Benveniste, alors je suis allé voir du côté de la psychanalyse, pour montrer à quel point les mères sont irremplaçables dans la vie d’un individu.

Continuer la lecture de Maman : quelques éléments d’étymologie et de psychanalyse

Durkheim et le brevet de secourisme

Il ne fait pas de doute que trouver un travail est une préoccupation première dans notre société – il n’y a qu’à constater le manque de respect dont font l’objet ceux qui échappent, volontairement ou pas, au marché du travail. Nos vies sont en conséquence orientées vers une finalité productive (contribuer au PIB) ou une finalité utilitariste (servir à quelque chose de productif). Les étudiants à qui j’enseigne l’ « art » d’écrire des CV et des lettres de motivation ont très bien compris cela ; peut-être même trop si l’on en juge par le cynisme, bien révélateur, avec lequel ils approchent les compétences sociales et les qualités humaines. La question de la morale, tel que Durkheim a pu la traiter, peut-elle alors se poser ?1

Continuer la lecture de Durkheim et le brevet de secourisme

Faisons-nous de la politique comme les grands singes ?

La politique est de partout en ce moment. Plus que d’habitude même étant donné qu’un petit groupe de professionnel se mettent en scène pour essayer d’obtenir le contrôle de l’État, ou au moins d’une partie de celui-ci, pendant cinq ans. Ces personnes pavanent, serrent des paluches, sourient et grondent devant les caméras, touchent voire embrassent les futurs électeurs. En bref, ils sont en campagne pour obtenir le maximum de soutiens. Les hommes n’ont pas le monopole de cette mise en scène des relations de domination. Les grands singes, c’est-à-dire les chimpanzés, les bonobos, les gorilles et autres, savent aussi chercher des alliés et s’assurer de leur statut de dominant. À vrai dire, nous formons avec eux la famille des primates, il n’est donc pas surprenant que nous partageons des caractères sociaux. Plus généralement, nous gagnons à descendre du piédestal sur lequel nous nous sommes mis, comme êtres vivants soit-disant supérieurs, pour nous rendre compte à quel point nous ressemblons aux grands singes, même dans ces caractéristiques culturelles que nous croyons si uniques.

Continuer la lecture de Faisons-nous de la politique comme les grands singes ?

Le désintéressement chez les élus/élites : l’intérêt de se dire désintéressé

Pourquoi aller voter franchement ? Hé bien parce que tous les candidats nous promettent qu’ils prendront soin de nous, qu’ils défendront les intérêts de la France, qu’ils veilleront à augmenter le bien-être commun, que les intérêts privés passeront après l’intérêt général, que jamais, ô grand jamais, ils ne feront bénéficier à leur propre personne ou leur entourage des bénéfices de leurs fonctions.

Continuer la lecture de Le désintéressement chez les élus/élites : l’intérêt de se dire désintéressé

Mais pourquoi tant de colère et de dédain envers les non-votants ?

Je dois le dire ; je ne compte pas voter pour les élections présidentielles de 2017. Non pas parce que je me range derrière l’idée simpliste d’un « tous pourris », ou parce que je n’ai pas envie de faire de la politique, ou parce que ça ne m’intéresse pas, ou encore parce que je sais que mon vote ne changera pas la société. Tout au contraire, mon choix, car j’ai choisi ma position politique et l’assume en conséquence, est le fruit d’un engagement politique qui reconnaît la complexité du gouvernement d’une société. Il reconnaît également l’indispensable intérêt que chaque citoyen doit apporter à la vie politique. Il reconnaît enfin que les choix citoyens sont à l’origine de véritables changements. Pourtant, alors que j’expose cet avis argumenté, trop souvent j’ai affaire à la colère ou le dédain, parfois les deux, envers le choix de m’abstenir.

Continuer la lecture de Mais pourquoi tant de colère et de dédain envers les non-votants ?

Petit lexique de résistance pour les votants

La campagne présidentielle monte doucement mais sûrement en puissance. Si bien qu’il faut mieux s’écarter pour ne pas se faire écraser par le train d’informations. Le recours à certains mots dans les discours politiques et médiatiques cache un attachement idéologique ou un engagement politique qui ne veut pas se reconnaître comme tel. Il semblait donc nécessaire de faire le point en proposant un petit lexique de résistance pour les votants, à utiliser sans modération, à partager sans limite d’excès car de la connaissance sur la société peut venir un véritable changement. La maigre contribution de ce billet vise à engager cette prise de conscience d’une nécessité politique de changement ; ce dernier passe par la compréhension que l’usage des mots n’est jamais innocent.

Continuer la lecture de Petit lexique de résistance pour les votants

Pourquoi la communication de crise ne permet pas de penser la crise ?

Dans un article récent1 nous avons proposé d’analyser les « crises » toujours en fonction de la société dans laquelle elles surgissent. Autrement dit, prendre en compte les valeurs et les normes qui structurent cette société. La communication de crise, très présente dans les préoccupations de différentes organisations, publiques comme privées, se pose comme réponse à la situation dérangeant le déroulé normal d’opérations dans ces organisations. Pourtant, elle est bien incapable d’offrir la moindre réflexion sur ce qu’est une crise ; au contraire elle évolue dans les formats à la mode des questions servant à répondre au « comment ».

Continuer la lecture de Pourquoi la communication de crise ne permet pas de penser la crise ?

Qu’est-ce qu’une crise ?

Les crises sont de partout ; la politique, le football, l’économie, la finance, l’écologie. Pourtant, cela ne veut pas dire qu’elles ont un sens précis et qu’elle servent à mieux comprendre la société. Au contraire, elles nous enferment dans des a priori et nous allons essayer dans ce court texte de replacer la notion de « crise » dans une interrogation sur ses possibles composantes, en la ramenant aux « crises financières internationales ».

Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’une crise ?

La confusion des représentations

Il semble qu’il existe en France une confusion des représentations qui empêche de bien saisir les implications de l’une comme de l’autre. Ce problème est déjà lié à une limitation de la langue française, n’ayant qu’un seul terme, celui de « représentation », pour parler d’un mode d’organisation de la vie socio-politique. Cette limitation a des effets sur la manière de concevoir ce mode et se dresse contre une réflexion plus approfondie sur le système politique français. Pourtant, nous considérons qu’il est bénéfique de s’interroger sur la représentation, en prenant la peine, dans un premier temps, d’interroger le mélange que fait subir le « sens commun » à ce concept.

Continuer la lecture de La confusion des représentations

Neutralité et sciences sociales : une courte réflexion

Cette question épistémologique revêt pour nous une importance qui dépasse le cadre du champ scientifique. Bien entendu, en disant cela, nous prenons position en sous-entendant que les sciences sociales ont leur rôle à jouer dans la société. C’est sur ce rôle que les divergences peuvent se faire les plus fortes entre les chercheurs. Parmi les défenseurs de la neutralité scientifique, la perspective d’une position politique pour les sciences sociales est une erreur, pire c’est les subvertir à des intérêts particuliers, leur faisant perdre un caractère objectif. Pourtant, selon nous, il ne fait aucun doute que les apports réflexifs de la science sont proprement indispensables pour une lutte citoyenne face à un ordre social, politique et économique qui se constitue comme un danger pour l’ensemble de la société.

Continuer la lecture de Neutralité et sciences sociales : une courte réflexion

La courbe au point 2. Questionner les évidences

Alors que Descartes dans Le discours de la méthode1 en est venu à craindre la possibilité qu’un mauvais esprit lui empêche de voir la réalité, il trouve refuge dans sa croyance en l’existence de Dieu et de l’âme. En somme pour arrêter de douter, il faudrait ces deux choses ; Dieu, la certitude que ce qui est est vraiment ce qui est et, l’âme, la capacité de le percevoir, soit la capacité de percevoir ce qui est sans douter. Malheureusement, nous ne pouvons pas nous résoudre à espérer qu’un Dieu – peu importe lequel – nous assure que ce que vous voyons est la vérité, la réalité. Sinon, nous pouvons, dans une naïveté dangereuse et conservatrice, considérer que la société est bien ce qu’elle est.

Continuer la lecture de La courbe au point 2. Questionner les évidences

La courbe au point. Se poser des questions ; réflexe le plus humain ?

La courbe au point est le début d’une petite aventure intellectuelle que j’aimerais partager avec d’éventuels lecteurs et – pour mon plus grand bonheur – discutants et/ou contradicteurs. Depuis un bon moment, bon car long mais surtout bon car stimulant, je m’interroge sur la force du point d’interrogation. Le plus souvent les gens cherchent des réponses, il existe d’ailleurs un métier, très en vogue et ayant une importance grandissante, dont la finalité la plus éclatante est celle d’apporter des points finaux. Les experts sont présents dans chaque coin de la maison de la pensée et il n’existe plus de poussière, si bien que l’exploration est pour les farfelus ou au pire les hérétiques. Les médias et les hommes politiques raffolent des experts car se saisissant de leur parole instaurant la vérité, ils se font porteur de l’aspirateur qui nettoie tous les doutes. Ils ont la vérité, ils savent ce qu’il faut faire et se poser des questions est une perte de temps quand on « sait ». À vrai dire la seule question autorisée demeure celle des moyens ; le point d’interrogation est aujourd’hui purement fonctionnelle pourrais-je me risquer à affirmer. On ne se pose plus les questions des essences, des valeurs, des substances, de ce qui fait vraiment que « ça va pas ». Les conséquences, les effets, les objectifs, les fonctions sont les meilleurs amis des questions. Très bien. Toutefois, la courbe au point est aussi la porte de sortie de ce monde un peu fou.

Continuer la lecture de La courbe au point. Se poser des questions ; réflexe le plus humain ?

Les multiples sens de la notion de politique

De façon courante, la notion de « politique » ne correspond qu’à un terme, ou plutôt deux mais ils se recouvrent. On parle en effet de la politique pour désigner la compétition entre les acteurs d’un champ spécialisé et professionnalisé – le champ politique – pour le contrôle des monopoles étatiques. On fait aussi référence, de manière plus distante voire peut-être inconsciente, au gouvernement des citoyens, la politique en tant qu’organisation de la direction de la Cité et des citoyens qui la composent ; une direction autant morale, matérielle que spatiale1. Le sens commun de la politique est donc d’abord une définition de ce que les individus perçoivent le plus, particulièrement par l’intermédiaire des médias ; une mise en scène, pas tellement au sens de théâtral mais plutôt de mise à disposition pour une catégorie d’acteurs d’une scène – en partie médiatique mais pas seulement – sur laquelle ils peuvent s’affronter, c’est la scène politique nationale. Ce sens commun concerne aussi, et nous pensons plus en retrait, l’organisation des relations entre individus formant une société par la loi, la police mais aussi par des institutions – au sens large2, donc autant des institutions physiques qui se traduisent par une bureaucratie et l’investissement de lieux physiques que des modes de vie, des normes et des valeurs. Ces deux sens de la notion de politique sont indéniablement justes mais ils méritent, contre la confusion, une distinction plus claire ; nous parlerons de la politique et du politique.

Continuer la lecture de Les multiples sens de la notion de politique