Archives de catégorie : État

Réfléchir sur les actions de l’État

L’État est une machine, une grande machine. Il fonctionne par une multitude d’acteurs, de pratiques, d’objets et de symboles, qui se mélangent avec une multitude d’acteurs, de pratiques, d’objets et de symboles. En fait, l’État apparaît comme une méta-institution, une institution au-dessus des autres qui sert de guide et d’arbitre. Pour cette raison, il peut être difficile de réfléchir ce que fait l’État. Dans ce court texte, nous proposerons une façon de conceptualiser l’État pour travailler sur ses actions.

Continuer la lecture de Réfléchir sur les actions de l’État

Pourquoi l’État est libéral d’un point de vue financier ?

L’État se définit dans ses relations aux choses, aux individus et aux institutions. C’est la conceptualisation que nous avons développée ailleurs. Celle-ci supporte notre approche épistémologique de la consubstantialité individu/société et met en lumière la figure politique abstraite de l’État, à laquelle participe la communication en tant que manière de gouverner le social. La communication n’est toutefois pas la seule manière par laquelle l’État entreprend de donner une direction à la société française. Les lois sont à ce titre un exemple éclairant du traitement politique adressé au secteur financier à travers ce que l’on a appelé la libéralisation financière. Se pose ainsi la question de l’État libéral et nous allons commencer par rappeler les grandes lois et mesures politiques de cette libéralisation.

Continuer la lecture de Pourquoi l’État est libéral d’un point de vue financier ?

Les rapports entre la communication de l’État et la communication européenne : quelques réflexions

À partir de corpus de communications (interviews, discours, conférences de presse) de l’exécutif français, mais aussi de l’exécutif européen (en plus petit nombre), de nombreuses réflexions nous sont venues sur les rapports entre communication de l’État et communication européenne. Les différents éléments présents dans ce texte sont une présentation de ces réflexions ou plutôt une ébauche de réflexion, encore trop abstraite et qui mériterait d’être complétée, vérifiée, modifiée par un travail de terrain plus conséquent1. Nous proposons alors ici, sans prétention, quelques idées qui pourraient expliquer les raisons d’un monopole symbolique, toujours aux mains de l’État, qui pourrait se vérifier justement par les rapports entre communication européenne et communication de l’État pendant une crise financière internationale.

Continuer la lecture de Les rapports entre la communication de l’État et la communication européenne : quelques réflexions

L’intérêt des « crises financières internationales » pour analyser la communication de l’État

Ce texte est une présentation de la thèse que j’effectue en sciences de l’information et de la communication par rapport au choix du cadre socio-historique. Il présente donc uniquement les trois crises qui ont été sélectionnées à l’aide de trois critères principaux ; un caractère international essentiel ; une survenue après les politiques de déréglementation dans les années 1980 ; une gravité importante.

Continuer la lecture de L’intérêt des « crises financières internationales » pour analyser la communication de l’État

La représentation et la communication de l’État : lecture de la Constitution française de 1958

Si nous voulons penser la communication de l’État par rapport au système politique français, nous devons prendre en compte ce qui définit ce système. Cette définition doit bénéficier d’une légitimité certaine dans un pays où la souveraineté est une notion centrale1. Quel meilleur texte alors que celui, fondateur, de la Constitution de la Cinquième République2 pour comprendre le système politique français ? Ce nous proposons ici, c’est une lecture de la Constitution en mettant en parallèle la communication et la représentation politique de l’État effectuées par les membres de l’exécutif, le Président de la République et les ministres.

Continuer la lecture de La représentation et la communication de l’État : lecture de la Constitution française de 1958

La confusion des représentations

Il semble qu’il existe en France une confusion des représentations qui empêche de bien saisir les implications de l’une comme de l’autre. Ce problème est déjà lié à une limitation de la langue française, n’ayant qu’un seul terme, celui de « représentation », pour parler d’un mode d’organisation de la vie socio-politique. Cette limitation a des effets sur la manière de concevoir ce mode et se dresse contre une réflexion plus approfondie sur le système politique français. Pourtant, nous considérons qu’il est bénéfique de s’interroger sur la représentation, en prenant la peine, dans un premier temps, d’interroger le mélange que fait subir le « sens commun » à ce concept.

Continuer la lecture de La confusion des représentations

Les multiples sens de la notion de politique

De façon courante, la notion de « politique » ne correspond qu’à un terme, ou plutôt deux mais ils se recouvrent. On parle en effet de la politique pour désigner la compétition entre les acteurs d’un champ spécialisé et professionnalisé – le champ politique – pour le contrôle des monopoles étatiques. On fait aussi référence, de manière plus distante voire peut-être inconsciente, au gouvernement des citoyens, la politique en tant qu’organisation de la direction de la Cité et des citoyens qui la composent ; une direction autant morale, matérielle que spatiale1. Le sens commun de la politique est donc d’abord une définition de ce que les individus perçoivent le plus, particulièrement par l’intermédiaire des médias ; une mise en scène, pas tellement au sens de théâtral mais plutôt de mise à disposition pour une catégorie d’acteurs d’une scène – en partie médiatique mais pas seulement – sur laquelle ils peuvent s’affronter, c’est la scène politique nationale. Ce sens commun concerne aussi, et nous pensons plus en retrait, l’organisation des relations entre individus formant une société par la loi, la police mais aussi par des institutions – au sens large2, donc autant des institutions physiques qui se traduisent par une bureaucratie et l’investissement de lieux physiques que des modes de vie, des normes et des valeurs. Ces deux sens de la notion de politique sont indéniablement justes mais ils méritent, contre la confusion, une distinction plus claire ; nous parlerons de la politique et du politique.

Continuer la lecture de Les multiples sens de la notion de politique

La faillibilité de l’État comme démonstration du concept des « deux corps » ?

La question de la continuité du pouvoir de la royauté, et donc de l’État dans l’ancien régime, a mobilisé les théoriciens, et particulièrement les juristes, dès le XVIe en Angleterre. C’est ainsi que naquit le concept des deux corps du roi1, inspirée par la théologie et les deux corps de Jésus Christ. À vrai dire, d’après P. Manent2, les rapports religion/politique forment une véritable obsession qui trouve son origine dans la nécessité d’accorder l’Église avec l’État naissant.Il n’est donc pas surprenant que la pensée religieuseest influencée la pensée politique, notamment sur ce point.Au XIVe, le droit canon chrétien reconnaît deux corps au Christ, un naturel et un mystique. Deux siècles plus tard, avec les rapports Plowden, le roi obtient deux corps lui aussi, un naturel et un politique. À la mort de celui-ci, le naturel disparaît mais le politique se transmet à son successeur ; nous comprenons mieux ici l’expression « Le roi est mort, vive le roi ! ». La continuité est assurée car le roi est membre d’un corps politique immortel représentant l’État.

Continuer la lecture de La faillibilité de l’État comme démonstration du concept des « deux corps » ?