Archives de catégorie : communication de l’État

Trois chiffres qui obsèdent l’État

L’État a le souci des chiffres, c’est-à-dire le souci de représenter la société de façon objective. Avec les chiffres et les statistiques, le gouvernement et la présidence sont en mesure de produire, selon A. Desrosières, « un langage à visée universaliste »1. Les plus hauts représentants de l’État, les ministres et le président, affirment la capacité de l’État à décider de l’universel dans la société française. P. Bourdieu2 souligne lui aussi l’universalisation entraînée par une concentration de capitaux aux mains de l’État. En bref, il semble intéressant de se poser la question de l’utilisation du « monopole de l’universel » par les ministres et le président de la République, au travers des chiffres qui les obsèdent ; que nous révèlent ces chiffres sur les priorités de l’État ? à quoi ces chiffres correspondent-ils d’un point de vue idéologique ? quelles sont les implications politiques ces chiffres ? quels sont leurs rôles dans le gouvernement de la société française ? Et plus particulièrement, quels liens sont établis entre la communication et la construction de la réalité via la diffusion et le commentaire des chiffres de l’État ? Nous ne pourrons certainement pas répondre à ces différentes questions dans ce billet, mais nous tenterons de lancer quelques pistes de réflexion, surtout concernant la dernière question.

Continuer la lecture de Trois chiffres qui obsèdent l’État

L’État et la communication : voir au delà des apparences

Les apparences de la communication de l’État sont simples ; des hommes politiques essayent de convaincre, tromper, séduire à l’aide de discours. Dès lors, la communication se montre comme un apparat dispensable et trop utilisé par les professionnels de la politique. Celle-ci est une compétition poussant les joueurs à se mettre en scène constamment par l’intermédiaire de la communication.

Continuer la lecture de L’État et la communication : voir au delà des apparences

Une brève analyse d’un discours de campagne électorale

La pratique de l’achat d’adresse email semble être « en marche ». Ce n’est donc pas surprenant que j’ai reçu un appel à aller voter pour la candidate de ce « mouvement » pour la neuvième circonscription de l’Isère, même si je n’ai jamais effectué la moindre démarche pour donner le moyen à ces individus de tenter de me séduire. L’occasion est alors bonne de présenter une brève analyse de cette lettre de la candidate, Elodie Jacquier-Laforge. On retrouvera, bien loin du discours de renouvellement, des impératifs présents dans le discours politique de l’exécutif français depuis au moins quarante ans, si l’on se base sur mes analyses de corpus effectuées dans le cadre de ma thèse. On se posera la question de la signification de la présence de ces impératifs.

Continuer la lecture de Une brève analyse d’un discours de campagne électorale

Les rapports entre la communication de l’État et la communication européenne : quelques réflexions

À partir de corpus de communications (interviews, discours, conférences de presse) de l’exécutif français, mais aussi de l’exécutif européen (en plus petit nombre), de nombreuses réflexions nous sont venues sur les rapports entre communication de l’État et communication européenne. Les différents éléments présents dans ce texte sont une présentation de ces réflexions ou plutôt une ébauche de réflexion, encore trop abstraite et qui mériterait d’être complétée, vérifiée, modifiée par un travail de terrain plus conséquent1. Nous proposons alors ici, sans prétention, quelques idées qui pourraient expliquer les raisons d’un monopole symbolique, toujours aux mains de l’État, qui pourrait se vérifier justement par les rapports entre communication européenne et communication de l’État pendant une crise financière internationale.

Continuer la lecture de Les rapports entre la communication de l’État et la communication européenne : quelques réflexions

L’intérêt des « crises financières internationales » pour analyser la communication de l’État

Ce texte est une présentation de la thèse que j’effectue en sciences de l’information et de la communication par rapport au choix du cadre socio-historique. Il présente donc uniquement les trois crises qui ont été sélectionnées à l’aide de trois critères principaux ; un caractère international essentiel ; une survenue après les politiques de déréglementation dans les années 1980 ; une gravité importante.

Continuer la lecture de L’intérêt des « crises financières internationales » pour analyser la communication de l’État

La représentation et la communication de l’État : lecture de la Constitution française de 1958

Si nous voulons penser la communication de l’État par rapport au système politique français, nous devons prendre en compte ce qui définit ce système. Cette définition doit bénéficier d’une légitimité certaine dans un pays où la souveraineté est une notion centrale1. Quel meilleur texte alors que celui, fondateur, de la Constitution de la Cinquième République2 pour comprendre le système politique français ? Ce nous proposons ici, c’est une lecture de la Constitution en mettant en parallèle la communication et la représentation politique de l’État effectuées par les membres de l’exécutif, le Président de la République et les ministres.

Continuer la lecture de La représentation et la communication de l’État : lecture de la Constitution française de 1958

La confusion des représentations

Il semble qu’il existe en France une confusion des représentations qui empêche de bien saisir les implications de l’une comme de l’autre. Ce problème est déjà lié à une limitation de la langue française, n’ayant qu’un seul terme, celui de « représentation », pour parler d’un mode d’organisation de la vie socio-politique. Cette limitation a des effets sur la manière de concevoir ce mode et se dresse contre une réflexion plus approfondie sur le système politique français. Pourtant, nous considérons qu’il est bénéfique de s’interroger sur la représentation, en prenant la peine, dans un premier temps, d’interroger le mélange que fait subir le « sens commun » à ce concept.

Continuer la lecture de La confusion des représentations

Le monopole d’un corps de métier de la représentation de l’État

Il s’agit ici de réfléchir sur les raisons théoriques qui justifient un choix méthodologique. Il est déterminant de faire correspondre les deux, sinon c’est la structure conceptuelle qui est à remettre en question ou alors l’application sur le « réel » de sa conceptualisation ; en somme c’est un échec scientifique si théorie et méthodologie ne s’entendent pas. Nous avons fait le choix d’analyser les discours des ministres et du président de la République dans l’objectif de mieux comprendre ce qu’est la communication de l’État. Nous lions donc des personnes physiques à une entité symbolique et nous allons justifier cela.

Continuer la lecture de Le monopole d’un corps de métier de la représentation de l’État

Les multiples sens de la notion de politique

De façon courante, la notion de « politique » ne correspond qu’à un terme, ou plutôt deux mais ils se recouvrent. On parle en effet de la politique pour désigner la compétition entre les acteurs d’un champ spécialisé et professionnalisé – le champ politique – pour le contrôle des monopoles étatiques. On fait aussi référence, de manière plus distante voire peut-être inconsciente, au gouvernement des citoyens, la politique en tant qu’organisation de la direction de la Cité et des citoyens qui la composent ; une direction autant morale, matérielle que spatiale1. Le sens commun de la politique est donc d’abord une définition de ce que les individus perçoivent le plus, particulièrement par l’intermédiaire des médias ; une mise en scène, pas tellement au sens de théâtral mais plutôt de mise à disposition pour une catégorie d’acteurs d’une scène – en partie médiatique mais pas seulement – sur laquelle ils peuvent s’affronter, c’est la scène politique nationale. Ce sens commun concerne aussi, et nous pensons plus en retrait, l’organisation des relations entre individus formant une société par la loi, la police mais aussi par des institutions – au sens large2, donc autant des institutions physiques qui se traduisent par une bureaucratie et l’investissement de lieux physiques que des modes de vie, des normes et des valeurs. Ces deux sens de la notion de politique sont indéniablement justes mais ils méritent, contre la confusion, une distinction plus claire ; nous parlerons de la politique et du politique.

Continuer la lecture de Les multiples sens de la notion de politique

La communication de l’État en tant que rapport symbolique violent et disputé

Nous avons déjà réfléchi à ce qu’était – ou pour être prudent, ce que pourrait – être l’État1. Il nous resterait alors, pour définir ce qu’est la « communication de l’État », à nous arrêter sur la communication. Seulement nous l’avons déjà dit ailleurs2, la communication ne peut se penser sans sans rapport à un objet épistémologique critique. On pourrait parler de réification ici, nous parlerons plutôt de prise de recul par rapport à des pratiques d’acteurs. Sans suffisance, le chercheur doit assumer son rôle qui lui permet de faire preuve de « distanciation »3, sans toutefois nier sa participation, ou plutôt son incorporation au monde social. Cela explique que les sujets qui touchent au politique ou à l’idéologique par exemple ne peuvent vraiment analyser sans position et que l’honnêteté et l’humilité correspondent à une démarche de reconnaissance chez le chercheur de sa situation particulière.

Dès lors nous ne prendrons pas le temps de réussir l’impossible et vaine tâche qui consiste à définir LA communication comme concept mais bien plutôt à réfléchir sur ce qu’est la communication de l’État. Nous partons de l’idée quel est un « rapport symbolique violent et disputé». Afin de mieux la saisir, nous allons découper cette expression.

Continuer la lecture de La communication de l’État en tant que rapport symbolique violent et disputé

La faillibilité de l’État comme démonstration du concept des « deux corps » ?

La question de la continuité du pouvoir de la royauté, et donc de l’État dans l’ancien régime, a mobilisé les théoriciens, et particulièrement les juristes, dès le XVIe en Angleterre. C’est ainsi que naquit le concept des deux corps du roi1, inspirée par la théologie et les deux corps de Jésus Christ. À vrai dire, d’après P. Manent2, les rapports religion/politique forment une véritable obsession qui trouve son origine dans la nécessité d’accorder l’Église avec l’État naissant.Il n’est donc pas surprenant que la pensée religieuseest influencée la pensée politique, notamment sur ce point.Au XIVe, le droit canon chrétien reconnaît deux corps au Christ, un naturel et un mystique. Deux siècles plus tard, avec les rapports Plowden, le roi obtient deux corps lui aussi, un naturel et un politique. À la mort de celui-ci, le naturel disparaît mais le politique se transmet à son successeur ; nous comprenons mieux ici l’expression « Le roi est mort, vive le roi ! ». La continuité est assurée car le roi est membre d’un corps politique immortel représentant l’État.

Continuer la lecture de La faillibilité de l’État comme démonstration du concept des « deux corps » ?