Tous les articles par Mathieu Fusi

C’est pas que d’la com ! – L’insulte et la moquerie sur Twitter

Dans une petite étude faite maison, publiée récemment sur ce carnet, nous avons relevé que les activités de communication du premier ministre Édouard Philippe subissait moquerie et insulte. Plus généralement, ses tweets s’inscrivent dans une pratique critique de la part des usagers de Twitter qui profitent du réseau social numérique pour attaquer l’action du gouvernement. Nous présentons ici des éléments de réflexion qui approfondissent à la fois notre idée du « c’est pas d’la com ! » et le questionnement de la communication de l’État sur les réseaux sociaux numériques.

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com ! – L’insulte et la moquerie sur Twitter

Pourquoi communiquer sur Twitter quand on est membre de l’exécutif ? (2/2)

La semaine dernière nous avons évoqué (un peu) la partie « théorique » et la partie « méthodologique » pour analyser les activités de communication du premier ministre sur le réseau social numérique Twitter. Ci-dessous nous allons présenter les résultats et les analyser assez brièvement. Pour finir, nous proposerons des éléments de réflexion qui surgissent au sortir de cette petite étude.

Premiers résultats : critique de la communication, retournement des formules et critique de l’organisation politique

Pour rappel les catégories utilisées correspondent aux définitions suivantes. 1° La catégorie « critique » est celle de la remise en cause de l’action présentée dans le tweet ou d’une autre action effectuée par l’exécutif français. 2° La catégorie « partisane » est celle du soutien du premier ministre. 3° La catégorie « moquerie » se réfère aux usagers qui tournent en dérision la formulation du tweet ou qui raillent l’action du premier ministre. 4° La catégorie « défensive » est présente quand un usager défend le membre de l’exécutif ou l’institution étatique contre les critiques formulées par les autres usagers. 5° La catégorie « discussion » concerne l’usager qui répond en affichant une volonté d’échanger ou de commenter (sans critiquer ou soutenir) le tweet du premier ministre en apportant une précision par exemple. 6° La catégorie « inclassable » désigne les tweets qui sont trop difficiles à cerner, pouvant appartenir à plusieurs catégories à la fois et qui laissent trop de place à la subjectivité dans leur interprétation.

Voici le tableau de résultats :

Nombre de tweets du premier ministre

8

Nombre de tweets d’usagers analysés

352

Nombre de tweets comportant la catégorie « critique »

169 (48%)

Nombre de tweets comportant la catégorie « discussion »

107 (30,5%)

Nombre de tweets comportant la catégorie « moquerie »

38 (11%)

Nombre de tweets comportant la catégorie « inclassable »

26 (7,5%)

Nombre de tweets comportant la catégorie « partisane »

12 (3,5%)

Nombre de tweets comportant la catégorie « défensive »

0 (0%)

Remarque sur la méthode : une chose est claire concernant la méthode employée pour l’analyse, la catégorie « défensive » est mal trouvée ou pas assez précise. En tous cas, le fait que nous n’ayons pas un seul résultat montre une erreur dans la définition. Par ailleurs, la catégorie « inclassable » semble occuper un pourcentage assez élevé. Il faudrait alors préciser encore plus les catégories bien que l’ironie et le second degré sont difficiles à cerner. Certains ont été éclairés sous une lumière différente après que nous soyons allé consulter le profil de l’usager. Alors que le tweet semblait relever de la catégorie « partisane », il s’agissait en fait d’un tweet ironique, où ce que pense vraiment l’usager n’est pas ce qu’il écrit au premier degré. En regardant le profil du l’usager et en lisant d’autres tweets, nous discernons en fait ces véritables positions vis-à-vis du premier ministre. Quand il y a un doute, la méthode d’analyse de contenu mérite un dépassement de la lecture unique et un approfondissement de la connaissance de l’usager.

Au global, les deux résultats surlignés en gras, qui résument (un peu caricaturalement) les positions potentilles typiques des usagers de Twitter envers les activités de communication du premier ministre sur ce réseau social, sont clairs aussi ; la communication de l’État, représenté par le premier ministre, est critiquée et très peu soutenue. Trois points principaux sont critiqués et nous allons les discuter ci-dessous

Premièrement il existe une critique de la communication au travers d’une assimilation de celle-ci à du « vent », à de la simple parole, au contraire de l’action. En bref, le premier ministre perd son temps à communiquer, au lieu d’avoir de véritables actions pour améliorer la situation. Les tweets suivant sont des exemples : « Paroles paroles paroles….les peines plancher ne seront pas rétablies. Les actes ne suivent pas le discours », « Assez de blablas et agissez. », « Pauvre nul, paroles, paroles paroles….. », « #blablabla », « Un monde de com’… Le jour J : ça réagit, ça promet… Jour +1 : ça a déjà tout oublié… », etc. Les usagers de Twitter adoptant cette pensée montrent bien que, selon eux, la communication n’est pas un mode de gouvernement et sert plutôt à entretenir l’illusion d’une action à venir (qui ne viendra pas). Autrement dit, de façon prosaïque, cette communication sert à rien.

Deuxièmement, la critique prend une tournure « stylistique » qui joue avant tout sur la forme de la parole pour faire passer un message par l’intermédiaire de la moquerie. Édouard Philippe utilise une métaphore lors son passage dans une émission de France 2 pour désigner le travail d’un gouvernement. Cette métaphore fait l’objet du tweet suivant : « Un gouvernement, c’est comme un orchestre : je veux que chaque ministre sache ce que font les autres pour que nous puissions conduire un travail d’équipe. #Les4V ». La « perche » tendue par le premier ministre est beaucoup trop visible pour ne pas être saisie. C’est ce tweet qui fait l’objet de plus de moquerie de la part des usagers comme les exemples suivant le montrent : « La symphonie des taxes en UT majeur par le chef EP, l’orchestre comprend des musiciens émeritent spécialistes,des cors thyroliens, pour que les vieux qui sont sourds entendent, du pipo et des flûtes pour endormir le contribuable ect.. La tournée devrait être de courte durée », « Un orchestre de pipoteurs … », « Faudrait changer de partition », « Il va falloir que l’orchestre apprenne le solfège, parce qu’il y a une musique inaudible. », « Si tous font comme le chef d’orchestre un avion a 350’000 la France ne va pas tarder à être en faillite », « Ah oui un Orchestre ! Je le savais qu’il y avait un pb avec les fausses notes et les voix #discordantes de la #Nation », etc. En bref, les usagers critiques ont recours à la formulation du premier ministre à la fois pour tourner en dérision ce qu’il dit et pour manifester leur désaccord.

Troisièmement, la critique est essentiellement politique en s’attardant sur l’organisation politique de la société française. Plus particulièrement, la critique porte sur les « élites », l’« État », les « députés », en somme toutes ces catégories politiques (autant individus qu’institutions) qui sont chargés de prendre des décisions engageant la collectivité. Par exemple : « L’ état qui a incité #SNCF à s’endetter cruellement à sa place (réseau TGV), est en partie responsable de la dette abyssale », « Gouvernement média et votre moulin à parole de président de l’Élysée vs vs êtes fait prendre en flagrant délit d’incompétence de mensonges ! Heureusement qu’il y’a Twitter pour vs tirez par vos oreilles sourds de vos planques ! Et vous @EPhilippePMtoujours en JETLAG à 350 000€! », « Vous êtes le premier à les attaquer avec votre politique à la poudre de perlimpimpin et à vouloir changer le pays en marche forcée en bradant nos services publics au lieu de les équiper et rétablir leur autorité ! Cessez vos incantations et l’€uro-soumission », « Problème, en vertu du principe de séparation des pouvoirs, vous serez toujours impuissant face à toute cette magistrature si complaisante vis à vis des voyous et si anti forces de l’ordre. Penchez-vous sur le fonctionnement de l’ENM … », « Beaucoup trop de musiciens ramènent les instruments de musique du conservatoire à la maison et ne les ramènent jamais, ne sont souvent pas là aux concerts mais sont quand même rémunérés et donc à nos oreilles en découle un son plus que désastreux et fallacieux. », etc. C’est donc une critique politique à deux niveaux (qu’il importerait de distinguer pour plus de précision) ; a° une critique de la politique, soit une critique de la décision b° et une critique de l’organisation de cette décision (qui la prend et avec quelle légitimité institutionnelle?). Nous notons que le niveau a° est plus présent.

(4° Il existe aussi, en quatrième point, une critique du contenu de l’activité de communication, de ce que dit le premier ministre. Ce point n’est pas, selon nous, le plus intéressant et est trop évident.)

Éléments de questionnement : stratégie de parti absente, croyance dans le dialogue par réseau social, manque de réflexion sur l’usage critique de l’activité de communication sur Twitter

1° Un élément nous a semblé surprenant, il s’agit de l’absence de stratégie défensive et promotionnelle autour de l’activité de communication d’Édouard Philippe de la part des membres du parti En marche !. Pourtant, il paraît peu compliqué de demander aux adhérents d’essayer d’assurer une réception majoritairement positive aux activités de communication de leurs leaders. Il suffirait par exemple, au lieu d’un retweet ou d’un coeur, de souligner la justesse de l’action ou des déclarations du premier ministre. En conséquence l’activité de communication de ce dernier est abandonnée ou presque sur Twitter et il devient plus facile pour les opposants et les critiques de se faire lire. Est-ce parce qu’En marche ! est un jeune parti et que l’organisation n’est pas encore développée ? Il faudrait pour cela voir ce qu’il en est pour les leaders d’autres partis afin d’effectuer une comparaison. Plus généralement, il est tout à fait possible que la communication sur les réseaux sociaux constitue un point vide de la stratégie collective des partis politiques. Autrement dit, ils ne prennent pas le temps de demander à leurs adhérents de venir la défendre.

2° Un autre élément est intéressant à discuter et concerne la croyance des usagers de tweeter dans l’entretien d’un rapport avec le premier ministre par le fait qu’ils répondent à son tweet. Nous retrouvons cela dans les questions directes posées au ministre (par exemple, « Grande sévérité judiciaire et pénale : pouvez-vous préciser ? »), dans certaines critiques de la communication où l’usager reproche au premier ministre de tweet au lieu d’« agir » (par exemple, « c’est pas bientot finit ce teasing ? Soit tu décides et tu tweet, soit tu reportes la décision et tu ne dis rien… là on se croirait dans une bande annonce ») et plus globalement dans les formulations qui laissent penser que l’usager croit prendre parti à un dialogue (par exemple, « Au lieu de recruter des policiers et des militaires, je pense que vous devriez améliorer leur conditions de travail : salaires, armement, rénovations de casernes »). Nous ne pensons pas que les usagers de Twitter soient forcément ignorants du fait que ce n’est pas le premier ministre qui tweet ou que celui-ci ne prend sûrement pas la peine de lire un seul tweet. Twitter entretient l’illusion d’un dialogue entre gouvernants et gouvernés car, à un même endroit, des écrits sont posés comme paroles mais y a-il des échanges véritablement ? Est-ce qu’on ne serait pas plutôt dans un commentaire plutôt qu’un dialogue, dans la mesure où le premier ministre parle et les autres usagers s’expriment sur cette déclaration ? Nous n’avons pas vu de réponse à un tweet de la part du premier ministre, mais il est difficile d’affirmer catégoriquement que le dialogue n’a pas lieu car nous n’avons pas analysé assez de tweets pour en être sûr. Malgré tout, si la communication de l’État sur les réseaux sociaux reprend le fonctionnement de la communication de l’État sur les autres supports (discours à une tribune, dans les médias, etc.), il n’y aucune raison de croire que le dialogue existe sur tweeter. Pourquoi alors est-ce que les usagers de ce réseau social numérique prennent la peine d’exprimer ce qu’ils pensent ? Pour évacuer une colère, pour donner leur avis, pour prendre part à un débat, etc. ? Nous dépassons sûrement là de simples questions liées à la communication de l’État. Elles s’inscrivent cependant dans l’intérêt que nous, citoyens, portons à la communication de ceux qui représentent et incarnent l’État. Il semble ainsi important de savoir ce qui motive les usagers de Twitter à suivre les déclarations du premier ministre et à les commenter ; est-ce vraiment l’illusion d’un dialogue ? Est-ce parce que nous vivons en « démocratie » et que les citoyens-usagers ont envie de faire entendre leur voix ? Est-ce tout simplement une démarche cathartique que les usagers retrouvent en critiquant voire insultant le dominant ? Est-ce encore parce qu’ils souhaitent se tenir informés et qu’ils commentent le tweet comme ils commenteraient un article d’actualité ?

3° Les insultes formulées à l’encontre du premier ministre ne manquent pas. Voici quelques exemples : « Rigolo va ! », « Tu es un bidon, un bouffon », « Menteur », « Pauvre nul », « le 1er sinistre », « Ayez des couilles bordel plutôt que de faire votre cinéma!! », « Menteur et profiteur », etc. Si ces insultes avaient été prononcées en présence du premier ministre, il ne fait nul doute que celui-ci aurait réagi (comme Nicolas Sarkozy et son « Casse-toi, pauv’ con ! » en réaction à une personne ayant refusé de lui serrer la main). Sur Twitter, les insultes semblent rester sans réponse, ce qui indique, en bref, que les acteurs des activités de communication étatique sur ce réseau social numérique n’ont pas trouvé – ou ne cherchent pas – de solution face à la critique, même virulente. Selon nous, mais peut-être sommes nous « à côté de la plaque », il est étrange que des hommes politiques en compétition acceptent le risque de se faire ridiculiser et insulter sans pouvoir réagir. D’autant plus que les membres de l’exécutif ont la possibilité de se passer d’un compte pour faire passer leur message via un compte institutionnel. La justification de cette prise de risque se trouve peut-être dans l’autre partie de la balance, à savoir la possibilité de toucher une population différente (et plus nombreuse ?) que celle touchée par les médias traditionnelle. Toutefois, il demeure la question d’une attaque envers le capital politique d’un homme politique laissant se mettre en place des pratiques destinées à moquer et à critiquer ses activités de communication. Ces attaques existaient auparavant et la moquerie envers les membres de l’exécutif et les hommes politiques n’est pas nouvelle (Les guignols de l’info ont été des spécialistes en la matière), pourtant peut-être n’a t-elle jamais été faisable de façon publique aussi simplement.

Cette petite étude soulève des questions sur la stratégie de parti politique autour de la communication de leurs leaders, sur l’illusion d’un dialogue entre gouvernants et gouvernés sur les réseaux sociaux numériques et sur le « laissez-faire » existant vis-à-vis de la mise en place d’une pratique de critique virulente envers la communication des gouvernants. Elle mériterait donc sûrement une poursuite de ces questions qui s’inscrivent toute dans une question plus large et sans cesse d’actualité ; il s’agit de celle de la légitimité de certains individus particuliers à gouverner la société française à l’aide de la communication.

Pourquoi communiquer sur Twitter quand on est membre de l’exécutif ? (1/2)

Les observateurs de la vie politique française ont sans doute remarqué que la communication de l’État s’était portée sur les réseaux sociaux numériques, Facebook et Twitter entre autre. Cela a contribué a démultiplié les activités de communication à plusieurs dizaines de fois par jour et il devient difficile de parler d’activités de communication de l’État sans perdre en précision. Entre les comptes « personnels » des membres de l’exécutif, des membres de ministère et de la présidence mais aussi des institutions elles-mêmes telles que le gouvernement, le ministère de l’intérieur, le ministère de la Culture, etc., la communication de l’État est éclatée. Précisons tout de suite que nous nous intéressons à l’État incarné par les membres de l’exécutif (les ministres et le Président). Ce billet vise donc à interroger la communication de l’État quand elle passe par des tweets. Disons le d’emblée, cette activité intense de communication nous paraît surprenante compte tenu de l’accueil négatif (moquerie, ironie, accusation d’instrumentalisation, dénonciation des incohérences, voire insultes déguisées) qui lui est réservé. Pourquoi est-ce que les membres de l’exécutif communiquent sur Twitter alors même que les utilisateurs de ce réseau social semblent, en majorité, hostiles à cette communication ? C’est en tous cas l’impression que nous retirons d’une observation, non systématique mais attentive, de plusieurs comptes Twitter rattachés à l’État français. Nous comptons exposer quelques réflexions ainsi qu’une ébauche de méthode et de résultats pour proposer un début de réponse à la question posée plus haut.

Continuer la lecture de Pourquoi communiquer sur Twitter quand on est membre de l’exécutif ? (1/2)

Quand dire stop ? La peur de ne pas avoir assez de matières à analyser

Dans ce billet je vais aborder le sujet de la peur de ne pas avoir assez de matières à analyser. Certains de mes camarades sont pris de difficultés quand il s’agit de mettre un point final à leur terrain, comme s’ils craignaient de manquer ce détail qui changerait toute leur recherche ou d’oublier ce p’tit morceau que les membres de leur jury ne manqueront pas de souligner – de toute manière, c’est une mauvaise habitude dans les jurys de critiquer ce qui n’a pas été fait plutôt que ce qui a été fait. Pourtant, il existe quelques façons (parmi d’autres) pour se soulager face à l’angoisse d’en terminer enfin. On va passer en revue ces techniques, destinées avant tout à calmer ceux qui comptent se gâcher la dégustation de foie gras au prétexte qu’ils en finiront jamais (dans certaines mesures ce billet s’adresse également à des étudiants de master).

Continuer la lecture de Quand dire stop ? La peur de ne pas avoir assez de matières à analyser

La désubjectivation de l’opinion

Avoir une opinion est facile ; la défendre est plus compliqué. Une des tendances que j’ai pu observer est le recours à la désubjectivation pour se donner raison. Autrement dit, il s’agit de dissimuler la réflexion personnelle, le subjectif, de l’argumentation pour la rattacher au concret de la réalité, l’objectivité.

Continuer la lecture de La désubjectivation de l’opinion

La communication implicite : quelques réflexions sur le théâtre

Ce court billet servira à coucher sur « papier » une réflexion qui m’est venue après avoir assisté à plusieurs représentations de théâtre. Il s’agissait toujours de la même pièce, jouée par les mêmes acteurs. Ainsi, une comparaison m’est venue presque naturellement vis-à-vis du comportement des acteurs et du public à chaque représentation.

Continuer la lecture de La communication implicite : quelques réflexions sur le théâtre

La consubstantialité des individus et de la société

Notre réflexion sur le rôle de la communication de l’État dans le gouvernement de la société française s’accompagne d’une approche épistémologique particulière. Celle-ci est un effort d’abstraction permettant de dépasser la simple description à partir du « terrain ». Comme l’indique S. Olivesi, « la « connaissance » suppose toujours un travail d’abstraction qui ne se résume nullement à partir de données empiriques pour s’élever au ciel des idées ou, inversement, à contempler la réalité du haut selon une vision surplombante. »1 Pour cette raison nous souhaitons expliquer la consubstantialité des individus et de la société. En bref, cette approche justifie notre compréhension de la communication de l’État en tant que manière de gouverner. D’un côté, l’État, en tant qu’une des institutions dominantes de la société, prend part à la constitution des comportements et des modes de pensée des individus. De l’autre côté, ceux-ci intériorisent ces comportements et ces modes de pensée et contribuent à reproduire la domination de l’État. Cette intériorisation a lieu car les êtres humains évoluent dans des sociétés qui ne dépendent pas exclusivement de leurs conditions biologiques. C’est ce que nous allons voir ci-dessous.

Continuer la lecture de La consubstantialité des individus et de la société

Trois chiffres qui obsèdent l’État

L’État a le souci des chiffres, c’est-à-dire le souci de représenter la société de façon objective. Avec les chiffres et les statistiques, le gouvernement et la présidence sont en mesure de produire, selon A. Desrosières, « un langage à visée universaliste »1. Les plus hauts représentants de l’État, les ministres et le président, affirment la capacité de l’État à décider de l’universel dans la société française. P. Bourdieu2 souligne lui aussi l’universalisation entraînée par une concentration de capitaux aux mains de l’État. En bref, il semble intéressant de se poser la question de l’utilisation du « monopole de l’universel » par les ministres et le président de la République, au travers des chiffres qui les obsèdent ; que nous révèlent ces chiffres sur les priorités de l’État ? à quoi ces chiffres correspondent-ils d’un point de vue idéologique ? quelles sont les implications politiques ces chiffres ? quels sont leurs rôles dans le gouvernement de la société française ? Et plus particulièrement, quels liens sont établis entre la communication et la construction de la réalité via la diffusion et le commentaire des chiffres de l’État ? Nous ne pourrons certainement pas répondre à ces différentes questions dans ce billet, mais nous tenterons de lancer quelques pistes de réflexion, surtout concernant la dernière question.

Continuer la lecture de Trois chiffres qui obsèdent l’État

Quatre conceptions typiques de l’État en sciences de l’information et de la communication : l’apport des travaux de N. Elias et P. Bourdieu sur la socio-genèse de l’État

Nous verrons dans ce billet quatre types de conceptions de l’État en sciences de l’information et de la communication (SIC) et expliquerons en quoi elles peuvent bénéficier de l’apport des théories de N. Elias et P. Bourdieu sur la formation de l’État moderne.

Continuer la lecture de Quatre conceptions typiques de l’État en sciences de l’information et de la communication : l’apport des travaux de N. Elias et P. Bourdieu sur la socio-genèse de l’État

Exercice de l’auto-analyse : mieux se connaître pour mieux connaître

Quand la posture scientifique se reconnaît comme ne pouvant être neutre, il faut, pour le chercheur, prendre la peine de se connaître. Ce travail d’introspection permet d’évaluer et de comprendre les limites et les biais qui influencent la réflexion sur un objet de recherche.

Continuer la lecture de Exercice de l’auto-analyse : mieux se connaître pour mieux connaître

Le temps et le doctorant

Trois ans est la durée d’une thèse « en règle général »1 et, au maximum six ans2. Pour les sciences sociales, qui ont toujours regardé les sciences dures comme le modèle, la durée idéale serait plutôt de trois ans, surtout pour les thèses financées. Cette accélération du temps du doctorat reflète l’accélération globale de la société, très bien décrite par H. Rosa3. Quelques minutes – pas plus – de réflexion sur le sujet nous amène à questionner les logiques contradictoires derrière cette volonté de donner un coup de pression temporelle aux doctorants.

Continuer la lecture de Le temps et le doctorant

L’État et la communication : voir au delà des apparences

Les apparences de la communication de l’État sont simples ; des hommes politiques essayent de convaincre, tromper, séduire à l’aide de discours. Dès lors, la communication se montre comme un apparat dispensable et trop utilisé par les professionnels de la politique. Celle-ci est une compétition poussant les joueurs à se mettre en scène constamment par l’intermédiaire de la communication.

Continuer la lecture de L’État et la communication : voir au delà des apparences

La parole dans les débats citoyens

Ce billet est un retour d’expérience sur ma participation à quelques débats citoyens. Des réflexions centrées sur l’utilisation de la parole par les citoyens me sont venues en réfléchissant à ces moments d’échanges entre inconnus. Malheureusement, les différents constat formulés par P. Breton, par rapport à ses propres expériences dans des débats qu’il avait organisé et dont l’ouvrage L’incompétence démocratique1 est tiré, semblent tout à fait appropriés. Quelques éléments méritent toutefois d’être creusés, d’où ce modeste billet.

Continuer la lecture de La parole dans les débats citoyens

Une brève analyse d’un discours de campagne électorale

La pratique de l’achat d’adresse email semble être « en marche ». Ce n’est donc pas surprenant que j’ai reçu un appel à aller voter pour la candidate de ce « mouvement » pour la neuvième circonscription de l’Isère, même si je n’ai jamais effectué la moindre démarche pour donner le moyen à ces individus de tenter de me séduire. L’occasion est alors bonne de présenter une brève analyse de cette lettre de la candidate, Elodie Jacquier-Laforge. On retrouvera, bien loin du discours de renouvellement, des impératifs présents dans le discours politique de l’exécutif français depuis au moins quarante ans, si l’on se base sur mes analyses de corpus effectuées dans le cadre de ma thèse. On se posera la question de la signification de la présence de ces impératifs.

Continuer la lecture de Une brève analyse d’un discours de campagne électorale

Dialogue entre deux dogmatiques

La question de la neutralité en sciences sociales est débattue depuis longtemps. Déjà, au début du XXe siècle, M. Weber1 s’interrogeait sur la « neutralité » de la sociologie naissante et la rapportait à la relation entre chercheur et valeurs. Il n’était pourtant pas radical sur ces relations et soutenait que les chercheurs pouvaient avoir des jugements de valeur, à condition de les signaler aux lecteurs – et à eux-mêmes –, c’est-à-dire qu’ils aient conscience de formuler des jugements de ce type2. L’autre fondateur de la sociologie, É. Durkheim reconnaissait le rôle du chercheur quant à l’amélioration de la réalité. Comme l’indique dans la préface de la seconde édition De la division du travail social, « Si nous séparons avec soin les problèmes théoriques des problèmes pratiques, ce n’est pas pour négliger ces derniers : c’est, au contraire, pour nous mettre en état de mieux les résoudre »3. Toutefois, É. Durkheim rappelle que les idéaux ne doivent pas influencer l’analyse du réel. Au contraire, pour le sociologue français, il faut observer le réel et définir l’idéal à partir de cette observation – l’idéal doit reposer sur des faits. En citant ces immenses auteurs des sciences sociales, nous souhaitons souligner que la question de la neutralité n’est pas radicalement tranchée, n’en déplaisent à ceux qui se cachent derrière l’autorité de M. Weber et d’É. Durkheim pour se donner raison en proposant une lecture partiale et partielle de ces auteurs. Le texte qui suit propose un dialogue imaginaire entre deux dogmatiques, deux enseignants-chercheurs de notre époque, chacun campant sur ses positions, comme deux armées se font face ; l’un défend la neutralité de la science comme vérité indépassable ; l’autre défend l’engagement de la science comme injonction inévitable. Pour la caricature, nous nommerons le premier Max et le second Émile.

Continuer la lecture de Dialogue entre deux dogmatiques