C’est pas que d’la com ! – L’insulte et la moquerie sur Twitter

Dans une petite étude faite maison, publiée récemment sur ce carnet, nous avons relevé que les activités de communication du premier ministre Édouard Philippe subissait moquerie et insulte. Plus généralement, ses tweets s’inscrivent dans une pratique critique de la part des usagers de Twitter qui profitent du réseau social numérique pour attaquer l’action du gouvernement. Nous présentons ici des éléments de réflexion qui approfondissent à la fois notre idée du « c’est pas d’la com ! » et le questionnement de la communication de l’État sur les réseaux sociaux numériques.

Critique de l’apparence : intérêt paradoxal mais significatif

Nous avons montré que dans les tweets d’usagers (quelques exemples : « Assez de blablas et agissez. », « Pauvre nul, paroles, paroles paroles….. », « #blablabla ») se trouvait une dimension critique portant sur l’assimilation de la communication au contraire de l’action. En clair, les activités de communication du premier ministre ne sont pas des actions en tant que telles mais des dérives, servant de façade, qui éloignent des véritables actions à entreprendre pour régler les situations. À l’inverse de ces critiques, et parce qu’elles existent, nous pensons que la communication est un mode de gouvernement et, en ce sens, une série d’actions véritables. Elle participe à la mise en scène de l’État et à la démonstration de l’État en action.

Il se distingue un intérêt paradoxal dans cette critique de l’apparence. En effet, les usagers reprochent l’inutilité d’une activité de communication sur Twitter mais, pour ce faire, ils y accordent du temps. Autrement dit, ils prouvent, malgré eux, que cette activité communicationnelle remplit sa fonction première qui est celle de susciter des réactions. Les réseaux sociaux numériques sont un marché de la visibilité chiffrée (nombre de retweets, de likes, de réponses, etc) et pour cette raison les activités de communication entraînant des réactions, même critiques, réussissent sur ce plan là. Le paradoxe se résume comme suit : un usager en critiquant l’inutilité de tweeter pour le premier ministre confirme l’utilité de tweeter dans la quête de visibilité d’un message ministériel.

En vérité, l’inutilité dénoncée porte sur autre chose de tout à fait significatif ; il s’agit au second plan d’une critique d’un mode de gouvernement par la communication. Quand un usager dit « arrête de tweeter ça sert à rien ! », il dénonce d’abord la mauvaise ou la « fausse » action du premier ministre. L’usager a en tête des actions qu’il pense efficace et indispensable pour gouverner « réellement » la France. Cependant cet usager formule aussi – et c’est là tout notre idée derrière le « c’est pas que d’la com ! » – un ras-le-bol envers le gouvernement qui passe par des mots, qui passe par la parole d’un homme politique. Pour être plus précis, c’est un ras-le-bol concernant une forme particulière d’activité de communication ; celle qui vise à séduire ou à convaincre par la promesse ou par la présentation valorisante. Sans aucun doute qu’il y aura toujours besoin de communication dans un régime représentatif, où les délégués et représentants font usage de leur pouvoir, mais il semble exister chez les citoyens une insatisfaction vis-à-vis d’un certain usage de cette communication.

Le rapport dominant/dominé à travers Twitter

La communication de l’État établit un rapport dominant/dominé de façon assez claire. En premier lieu, elle montre que c’est l’État qui prend les décisions engageant la collectivité. En second lieu, elle montre que seulement quelques individus ont le droit de parler au nom de l’État ou comme s’ils étaient l’État. Les membres de l’exécutif sont incontestablement des dominants dans la société française. Ils incarnent l’État et leurs paroles servent à la mise en action de celui-ci. De leur côté, les citoyens ne peuvent en aucun cas parler au nom de l’État et encore moins l’incarner. Pire encore, les moyens de communication qu’ils ont à leur disposition pour échanger avec les représentants de l’État sont bien inadaptées à une société qui se veut démocratique ; nous pensons principalement aux sondages et aux manifestations, enfermant les citoyens pour l’un dans une méthode imparfaite dont les biais l’empêcheront toujours d’être représentative, pour l’autre dans un canon médiatique d’expression infantilisante, mal considérée et trop facilement manipulable (au sens où la manifestation sera plutôt traitée dans les débordements qu’elle cause que pour le message qu’elle compte véhiculer).

Ainsi, Twitter correspond également à un moyen de communication inadapté. Si la démocratie passe avant tout par la parole et l’échange par la parole, Twitter n’est pas démocratique. Il est un lieu d’échange entre dominés et, surtout, un lieu où se confirme la distance entre les gouvernants et les gouvernés. Pour s’adresser individuellement au premier ministre donc, un citoyen est obligé de passer par un outil qui n’assure pas une prise de conscience ou une considération de la part d’Édouard Philippe (on est dans l’illusion du dialogue évoquée dans le billet précédent). La communication de l’État sur les réseaux sociaux numériques illustre ici la domination dans l’organisation politique car certains ont la voix, ou les doigts, pour dire et faire du politique et de la politique nationaux tandis que d’autres ne peuvent que réagir sans n’avoir aucune garantie que leurs réactions auront un quelconque impact. Les réseaux sociaux numériques, même s’ils ont pu être vantés comme vecteurs de changement politique dans les sociétés – le cas des révolutions arabes –, semblent être, en France, que de bons témoins de l’inégalité des relations entre les citoyens dans l’organisation politique. Twitter est témoin des différences de « pouvoir », c’est-à-dire des différences de capacité d’influence sur les relations entre individus.

C’est une hypothèse qu’il serait intéressant, d’un point de vue citoyen, mais aussi d’un point scientifique, de confirmer ou d’infirmer. Est-ce que les usagers de Twitter perdent leur temps en utilisant ce réseau social numérique en espérant participer à un dialogue avec le premier ministre (peut-être en ont-ils même pas l’illusion) ? Est-ce que la communication étatique sur les réseaux sociaux numériques s’inscrit vraiment dans le prolongement de la communication étatique hors de ces réseaux ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *