Quand dire stop ? La peur de ne pas avoir assez de matières à analyser

Dans ce billet je vais aborder le sujet de la peur de ne pas avoir assez de matières à analyser. Certains de mes camarades sont pris de difficultés quand il s’agit de mettre un point final à leur terrain, comme s’ils craignaient de manquer ce détail qui changerait toute leur recherche ou d’oublier ce p’tit morceau que les membres de leur jury ne manqueront pas de souligner – de toute manière, c’est une mauvaise habitude dans les jurys de critiquer ce qui n’a pas été fait plutôt que ce qui a été fait. Pourtant, il existe quelques façons (parmi d’autres) pour se soulager face à l’angoisse d’en terminer enfin. On va passer en revue ces techniques, destinées avant tout à calmer ceux qui comptent se gâcher la dégustation de foie gras au prétexte qu’ils en finiront jamais (dans certaines mesures ce billet s’adresse également à des étudiants de master).

1° Relier le terrain à la problématique et aux hypothèses

Le terrain désigne cet endroit où l’on va chercher des réponses, où l’on construit autant que l’on récolte des informations pour tester ces hypothèses. En toute logique, il importe que ce terrain soit relié à la problématique et aux hypothèses. Afin d’éviter de postuler ce lien, c’est-à-dire le plus souvent de se dire, par pure flemmardise, « ouais là ça va » sans chercher à justifier, il faut prendre le temps d’argumenter sur la correspondance entre le choix d’une méthode, d’un corpus ou d’un ensemble de matières à analyser et une problématique.

Une fois cette chose simple à comprendre mais difficile à faire (parfois) effectuée, on peut être certain (presque) de ne pas partir en ballade mais bien plutôt en exploration ; en gros vous ne finirez pas en claquette dans la jungle si vous prenez quelques tours de cadran pour vous interroger sur la congruence entre ce que vous voulez analyser et ce que vous voulez questionner.

2° Accepter la critique et défendre ses choix

Quoi qu’il arrive vous allez y avoir droit donc au lieu de croire au Père Noël (je sais c’est la période pour), concentrez vous sur la défense de vos choix. Pourquoi ai-je choisi telle période ? Pourquoi ai-je choisi tel type d’acteur ? Pourquoi tel événement ? Pourquoi telle zone géographique ? etc. Il n’y a pas grand chose à développer ici ; les méthodes en sciences sociales seront toujours imparfaites car discutables dans les choix que font les chercheurs et, en conséquence, il faut justifier ses choix.

3° Arrêter temporellement ses corpus (sans pour autant être inflexible)

Ce conseil est valable pour ceux qui optent pour une analyse de corpus. Si vous avez précisé, avec plus ou moins de clarté, ce que vous cherchez, vous pouvez commencer à vous interroger sur la temporalité de vos corpus. Selon moi, il est indispensable de définir le début et la fin de ses corpus, avec une fourchette assez courte pour allonger ou réduire la durée si besoin. Au total, la durée ne doit pas, dans la mesure du possible,  être choisie arbitrairement mais déterminée de façon logique ; un événement qui éloigne de la problématique, la fin d’une année (j’ai décidé d’analyser 10 ans seulement), le départ d’un acteur (j’analyse le mandat de tel acteur)…

On va prendre un exemple concret. Ma thèse porte sur la communication de l’État pendant une crise financière internationale. En gros je me demande à quoi sert la communication de l’État pendant cet événement et j’essaye de comprendre ce que son analyse nous montre sur son rôle dans la société française. J’ai choisi plusieurs crises financières internationales, dont la crise des subprimes de 2007-2008. Déjà l’événement annonce une certaine durée. Je suis donc parti sur une analyse des activités de communication des membres de l’exécutif sur ces deux années, 2007 et 2008. Plutôt que de commencer dès janvier de la première année sans me poser de question, je cherche à comprendre la temporalité de la crise des subprimes. Elle débute surtout à partir de l’été 2007 avec des signes avant coureurs en 2006. J’essaye donc de voir si les membres de l’exécutif en parlent avant qu’elles commencent et comme ce n’est pas (ou si peu) le cas, je fais commencer mon corpus pour cette crise à partir d’août 2007, date à laquelle Nicolas Sarkozy écrit une lettre à la chancelière allemande pour lui parler des problèmes boursiers. Concernant la fin du corpus, je ne m’arrête pas automatiquement au 31 décembre 2008. Je vérifie d’abord si des choses intéressantes par rapport à ma problématique et mes hypothèses sont dites. Quelques déclarations « valent le coup » jusqu’au mois de mars 2009 et je décide d’arrêter là. Par ailleurs, je me rends compte que la crise économique est plus discutée que la crise financière, ça serait sortir de mon intérêt premier pour le secteur financier. La fin du corpus concernant la crise des subprimes est donc tout désignée.

4° Ne pas s’embêter avec l’exhaustivité

Quand on effectue une thèse, avec des sujets certes délimités mais assez vastes, chercher l’exhaustivité s’avère inutile. Avoir absolument toutes les matières sur un sujet ne vous en dira pas plus qu’avoir les « bonnes » matières – déterminer ces dernières est complexe et dépend surtout des objets de recherche. Dans le cas de ma thèse, avoir toutes les déclarations des membres de l’exécutif (qui se répètent souvent par ailleurs) ne m’aurait servi à rien, alors qu’avoir des déclarations à la suite de décisions prises ou à des moments clés d’un événement est pertinent, en fonction de ma recherche sur le rôle de la communication de l’État.

5° Se cantonner à un ou plusieurs événements

L’avantage d’utiliser des événements pour mener une analyse est pratique ; on sait où on met les pieds. Tel événement m’intéresse, je sais donc déjà quels acteurs je dois chercher (ceux en relation dans le contexte de cet événement) et j’ai à peu près une idée de la temporalité (celle de l’événement pour commencer). Bien entendu, se baser sur un événement peut être critiquable car on se limite à des effets de contexte (tu trouves tel résultat parce qu’il se passait ça). Mais ce biais est facilement contournable en recourant à plusieurs événements de la même nature (plusieurs crises financières internationales par exemple, au hasard hein). En outre, avoir une vision historique est plus intéressant (faire des comparaisons dans le temps, diversifier les contextes historiques pour éviter certaines limites) que de se limiter à un seul « moment ».

 

Voici donc quelques conseils-techniques-manières d’évacuer la douleur d’en finir avec son terrain, la peur de ne pas avoir fait assez, le stress d’avoir laisser quelque chose de côté. La préparation est une des clés principales pour éviter les décisions hasardeuses. La connaissance de l’événement que l’on analyse est par exemple indispensable, même si cela vous éloigne de votre discipline académique.

crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *