La communication implicite : quelques réflexions sur le théâtre

Ce court billet servira à coucher sur « papier » une réflexion qui m’est venue après avoir assisté à plusieurs représentations de théâtre. Il s’agissait toujours de la même pièce, jouée par les mêmes acteurs. Ainsi, une comparaison m’est venue presque naturellement vis-à-vis du comportement des acteurs et du public à chaque représentation.

Avant toute chose, précisons que je ne connais rien au théâtre ; ni ses dimensions théoriques, ni ses dimensions pratiques. Ce n’est ici qu’une réflexion sans prétention mais qui touche tout de même à un sujet qui m’intéresse, la communication interpersonnelle.

La communication interpersonnelle est un échange entre deux ou plusieurs interlocuteurs. Typiquement, elle se déroule avec l’usage de la voix, des gestes, des postures et de manière explicite ; les membres de l’échange sont au courant qu’ils échangent et, même s’ils le refusent, ils agissent tout de même, contribuant par là à alimenter la communication. Je reprends ici l’idée de l’École de Palo Alto, pour qui tout comportement est une communication.

Pourtant dans le théâtre, dans cette version typique, il n’existe pas de communication entre le public et les acteurs. Il existe bien quelques exceptions, quelques « énergumènes » qui, transportés par la prestation des acteurs, croient bon d’énumérer à voix haute leurs pensées – par exemple pendant une des représentations, une femme âgée a commenté à plusieurs reprises le déroulement de la pièce. Au-delà de cet échange unilatéral un peu maladroit, se trouve une communication implicite entre les acteurs et le public.

Je crois que la réflexion qui va suivre correspond plutôt au genre comique du théâtre et moins au genre dramatique. Gardons ça en tête afin d’éviter toute généralisation.

L’humour nécessite deux faces : celle qui essaye de donner le rire et celle qui reçoit cette tentative. La communication se présente là comme une question fermée ; souhaitez-vous rire ? Oui ou non ? Dans le théâtre, cette question est posée constamment et de manière implicite au public. Souhaitez-vous rire aux répliques et au jeu des acteurs ? Le public répond en riant effectivement ou ne riant pas. Il communique une réponse par son comportement – c’est pour cette raison, à mon avis, que les blagues du début d’une pièce de théâtre ont peu de chance de rencontrer une réponse claire et vive car la communication commence, et à chaque commencement sa timidité d’engagement.

Il peut s’instaurer alors un cercle vertueux ou vicieux entretenu par la communication implicite. Plus le public rit, plus les acteurs sont à l’aise et plus le public rit car la pièce est maîtrisée, « bien jouée ». À l’inverse, moins le public rit, plus les acteurs sont tendus et les erreurs se répètent. Le public sent cette gène, ce qui affecte sa capacité à rire à l’humour proposé. Les deux participants à cette communication ont leur part de « responsabilité », ou plutôt d’actions dans la façon dont se déroule la communication.

Au final, en tant qu’observateur d’une représentation théâtrale, en sacrifiant un peu du plaisir à assister à une pièce et en se concentrant sur l’échange entre les acteurs et le public, on peut se rendre compte de l’importance de la communication implicite. Les acteurs trahissent parfois leur satisfaction à entendre des rires tout comme le public manifeste leur aise à sentir des acteurs jouer sans malaise.

Crédit photo


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *