Trois chiffres qui obsèdent l’État

L’État a le souci des chiffres, c’est-à-dire le souci de représenter la société de façon objective. Avec les chiffres et les statistiques, le gouvernement et la présidence sont en mesure de produire, selon A. Desrosières, « un langage à visée universaliste »1. Les plus hauts représentants de l’État, les ministres et le président, affirment la capacité de l’État à décider de l’universel dans la société française. P. Bourdieu2 souligne lui aussi l’universalisation entraînée par une concentration de capitaux aux mains de l’État. En bref, il semble intéressant de se poser la question de l’utilisation du « monopole de l’universel » par les ministres et le président de la République, au travers des chiffres qui les obsèdent ; que nous révèlent ces chiffres sur les priorités de l’État ? à quoi ces chiffres correspondent-ils d’un point de vue idéologique ? quelles sont les implications politiques ces chiffres ? quels sont leurs rôles dans le gouvernement de la société française ? Et plus particulièrement, quels liens sont établis entre la communication et la construction de la réalité via la diffusion et le commentaire des chiffres de l’État ? Nous ne pourrons certainement pas répondre à ces différentes questions dans ce billet, mais nous tenterons de lancer quelques pistes de réflexion, surtout concernant la dernière question.

Chaque indice chiffrée nous servira à soulever un point nodale de réflexion en rapport à la représentation de la société par la communication de l’État.

Le chômage : un chiffre pour une représentation tronquée de la réalité

Les chiffres du chômage indique la réussite des politiques économiques du gouvernement. S’ils sont mauvais, l’État a échoué à « redresser » l’économie. S’ils sont bons l’État est responsable de l’amélioration de l’économie. C’est sans doute confier trop de pouvoir à l’État que de croire en sa capacité de changer la réalité par de simples de calcul. Si les politiques économiques influent effectivement sur le secteur des échanges économiques, le calcul des résultats de ces politiques ne suffit pas.

Pourtant, c’est ici que la communication apparaît comme nécessaire pour compléter les volontés d’influence de l’État. A. Desrosières, historien de la statistique, souligne que les « indicateurs quantitatifs rétroagissent sur les acteurs quantifiés »3. Autrement dit, l’État en assurant la promotion et la diffusion des résultats chiffrés espèrent que ceux-ci, surtout s’ils sont bons, auront un effet sur la « réalité » en tant que tel. C’est pour cette raison que certains spécialistes ou experts en économie et finance se moquent toujours des chiffres fournis par les États ; gonflés voire truqués, les chiffres des résultats économiques sont une vitrine destinée à donner envie – aux investisseurs et aux consommateurs – alors que le magasin peut très bien être vide.

Le calcul du chômage s’inscrit dans cette démarche de représentation tronquée de la réalité. On parle de chiffres du chômage, de courbe du chômage (inversée), etc. en mentionnant les travaux de l’INSEE. Pourtant, pour effectuer ses calculs l’INSEE a recours aux demandeurs d’emploi et non aux chômeurs ou aux sans emplois. L’État ne cherche donc pas le taux de chômage mais le taux de demandeurs d’emploi. Il calcule le nombre de personnes qui acceptent de se soumettre à des procédures administratives pour obtenir un statut spécifique.

Toutes les activités de communication (les discours, les interviews, les tweets…) qui démontrent l’amélioration des chiffres du chômage continuent à perpétrer une double idée, ou plutôt une idée dans une autre. En premier lieu, au niveau le plus apparent, l’idée défendue est que les chiffres présentées sont justes au niveau de leur définition alors que, nous l’avons vu, ils ne sont pas tout à fait ce qu’ils prétendent être. En second lieu, ces chiffres prolongent l’idée que la réalité est véritablement calculable, que l’on peut objectiver en des termes chiffrés des situations sociales. Bien entendu, ce n’est pas absolument impossible mais il importe de se montrer prudent et d’expliquer avant tout la méthode qui a amené ces chiffres. La justification de cet usage des chiffres du chômage semble évidente ; quel intérêt pour un ministre ou le président de se montrer timides sur des résultats, d’autant plus si ceux-ci sont positifs ? Toutefois, au-delà de ces considérations ayant trait à la stratégie politique des participants au jeu politique, ce qui transparaît c’est la capacité des membres de l’exécutif de représenter, de façon officielle et rituelle,la réalité économique de la société française – non d’ailleurs sans rencontrer d’opposition.

Le P.I.B. : un indice de la richesse de la société et de l’engagement de l’État dans le capitalisme

Le P.IB. mesure la richesse de la société française. On comprend alors aisément pourquoi l’État y accorde de l’importance et pourquoi la récession fait office d’épouvantail. Ce fort intérêt peut donc nous intéresser à un titre principal. Il appelle à nous poser la question suivante : qu’est-ce que témoigne cet attachement de l’État envers l’indice de richesse de la société ? Selon nous, c’est une preuve de l’engagement de l’État dans le capitalisme. Plus encore, ce serait une preuve d’une idéologie d’État ; le capitalisme.

Nous ne rentrerons certainement pas dans une discussion sur la définition du capitalisme car des contradictions existent. Pour certains, le capitalisme est une « exigence d’accumulation illimitée du capital par des moyens formellement pacifiques »4. Mais pour M. Weber et son célèbre travail sur l’origine protestante du capitalisme, « la « pulsion du profit » […], à gagner le plus d’argent possible n’ont en eux-mêmes rien à voir avec le capitalisme »5. Le sociologue allemand déplace en fait l’ « esprit du capitalisme » du côté de la nécessité du renouvellement du profit. Le capitalisme ne serait donc pas l’envie continuelle de gagner plus, mais de gagner toujours. Cela correspond la pensée de F. Braudel pour qui « le capitalisme implique avant tout une hiérarchie, il se place au haut de cette hiérarchie, fabriquée ou non par lui-même »6. Pour résumer, le capitalisme est un processus historique, visant à instaurer l’usage sans cesse renouvelé du capital dans les rapports de production, grâce à une entente avec les institutions dominantes d’une société.

À partir de cette définition, il est possible de saisir le lien primordial existant entre capitalisme et État. Ce dernier soutient le premier et semble considérer qu’augmenter les richesses et renouveler le cycle des capitaux est indispensable. Nous ne soutenons pas que le P.I.B. est l’indice du capitalisme par excellence. Il est plutôt question du rapport entre l’attention portée à l’indice de mesure de la richesse de la part de l’État et la correspondance à une idéologie où le capital est le principal producteur de richesse. On pourrait nous opposer que ce n’est pas le capital qui lie l’État et le capitalisme mais la richesse ; c’est-à-dire que l’État pourrait produire de la richesse autrement que par le capital. C’est sur ce point, pour démontrer les liens État et capitalisme, que les travaux de F. Braudel nous sont utiles. Celui-ci explique dans la Dynamique du capitalisme 7que le capitalisme dépend de la société dans son ensemble, il doit être accepté par elle. En particulier, il doit s’identifier avec l’État, sinon celui-ci le démonte.

Le capitalisme correspond donc à une idéologie d’État, avec des effets bien réels sur la société française. Les chiffres du PIB sont déterminants car ils montrent les résultats de l’État quant à sa capacité d’orienter la société vers une production de richesse toujours renouvelée.

La popularité : la représentation chiffrée du fort penchant communicationnel de l’État

La communication, nous l’avons dans une série de billet8, n’est pas qu’une apparence. Elle ne sert pas uniquement à tromper pendant que des réelles actions seraient mises en œuvre, comme si la communication était une « fausse » action, une action associée à une autre ou la cachant. Y. de la Haye avait déjà noté un aspect « prédateur »9 de la communication, « parce que, à la différence de la plupart des rapports sociaux, [elle] n’existe qu’en se greffant sur d’autres rapports »10. Ce constat est juste mais il ne doit pas conduire à faire l’impasse sur la dimension gouvernementale de la communication, comme le soulignent d’autres auteurs11. Il serait faux de dire que la communication est inutile parce qu’elle nécessite l’existence d’autres rapports sociaux.

La communication de l’État a un aspect politique, au sens de gouvernement de la société. Elle participe à un processus global, fait de relations sociales issues de nombreux champs (médiatique, politique, et autres) et qui aboutit à la mise en direction de la société. Par exemple, les lois récentes sur le code du travail met en branle tout un ensemble de représentants qui s’affrontent, avec des capitaux symboliques inégaux, au travers des médias pour imposer leur vision et leur volonté. En somme, la communication contribue au gouvernement de la société parce qu’elle est en mesure, ce qui est primordiale dans un régime qui se veut non-autoritaire, d’assurer la promotion et la justification des décisions prises par l’État. Elle en fait la publicité au sens large, c’est-à-dire la mise en public et la mise en forme de façon attrayante et apologétique. En conséquence, la communication est politique à double titre ; un titre stratégique pour le champ politique et un titre gouvernementale pour la société dans son ensemble.

Le taux du popularité du président représente ainsi la mesure chiffrée de la réussite des activités de communication. Est-ce que celles-ci sont parvenues à séduire et convaincre leurs cibles ? On s’accorderait volontiers à confier l’augmentation ou la baisse du taux de popularité à la réussite ou l’échec des activités de communication. En réalité, il semblerait plutôt que les torts et les raisons sont partagés. D’un côté une communication qui met en évidence la grandeur et l’efficacité du président et, de l’autre, des décisions qui apparaissent justifiées (car bien en partie expliquées/vendues) aux citoyens. D’un côté une communication qui fait surgir les incohérences et les problèmes d’ego du président et, de l’autre, des décisions qui semblent plus accrochées à une idéologie qu’à une compréhension du fonctionnement de la société.

Ces trois chiffres résument bien le rôle qu’il existe entre communication et construction de la réalité. Le taux de chômage est une version tronquée de l’état de l’emploi en France, permettant de voir des améliorations là où il ne s’en trouve pas forcément. Le P.I.B. est un doigt pointé vers le renouvellement de la richesse nationale, qui insère la société française dans une contrainte de production, comme si l’augmentation en quantité de celle-ci était une loi naturelle à suivre. Le taux de popularité répond à des logiques d’organisation politique, où il existe des représentants de l’État à qui incombent la mission de diriger un pays par l’intermédiaire, entre autres, d’activités de communication. Ces dernières ont pour tâche de justifier les décisions de l’État tout en vantant l’image des ministres et du président.

1DESROSIERES Alain, Prouver et gouverner : une analyse statistique des politiques publiques. Paris : La Découverte, 2014, 40 p.

2BOURDIEU Pierre, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992). Paris : Seuil : Raisons d’agir, 2011, 656 p. (Cours et travaux)

3DESROSIERES Alain, op. cit., p. 35

4BOLTANSKI Luc, CHIAPELLO Ève, Le nouvel esprit du capitalisme. Paris : Gallimard, 1999, 37 p. (NRF essais)

5WEBER Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Paris : Flammarion, 2002, 53 p. (Champs. Classique)

6BRAUDEL Fernand, Civilisation matérielle, économie et capitalisme : Xve-XVIIIe. 3, le temps du monde. Paris : Librairie générale française, 1979, 93 p. (Le Libre de poche ; références)

7BRAUDEL Fernand, La dynamique du capitalisme. Paris : Flammarion, 1985, 120 p. (Champs), historien français.

8https://ptvirgule.hypotheses.org/category/cest-pas-que-dla-com

9DE LA HAYE Yves, Dissonances : critique de la communication. Grenoble : La pensée sauvage, 1984, p. 42 (Collection media discours)

10Ibid., p. 42

11Sur ce point voir par exemple OLLIVIER-YANIV Caroline, RINN Michael (dir.), Gouvernement de l’État et gouvernement du social : pour une société parfaite ? Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, 2009, 232 p. (Communication, Médias et Sociétés)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *