C’est pas que d’la com ! – communiquer en démocratie

Il n’aura échapper à personne que nous vivons dans un régime dit de démocratie représentative. Les plus précis noteront également que cette expression est un oxymore. Oui, cela est vrai ; la démocratie c’est le pouvoir du peuple et ce dernier doit l’exercer directement. Toutefois, nous sommes là face à une différence entre une définition historique (en référence à la Grèce antique) et sa pratique contemporaine, le système politique français de démocratie représentative. Partie prenante, et déterminante, de ce système, la communication n’est pas juste l’application d’une couche de peinture sur des actions politiques. Elle est une action politique à part entière et, plus encore, elle accompagne les autres actions politiques. En cela, la communication est l’expression politique – contrairement à la violence coercitive par exemple – qui s’accouple le mieux avec la démocratie représentative.

Héritage et tradition du discours

L’image colle bien avec la représentation que l’on se fait de la Grèce antique, des penseurs en toge qui discutent pendant de longs moments sur les manières de gouverner la Cité. Il faut dire que la démocratie est un pari, plutôt innovant à l’époque, de faire passer l’usage des mots avant l’usage des poings. Pour cette raison, on peut imaginer que la démocratie, dans l’imaginaire collectif français, s’accompagne bien avec des discours. L’histoire française de la politique ne manque pas d’exemple de ces grands manieurs de la langue ; de Gaulle, Jaurès, Hugo… Les discours ne sont pas de simples exercices de politiciens manipulateurs. Qu’on le veuille ou pas, les discours sont des pratiques démocratiques et l’association à une idée de manipulation ou de séduction n’est ni nouvelle, ni cynique. Elle décrit une réalité qui associe la persuasion avec le politique, l’envie d’emmener son auditoire à être d’accord avec soi en ce qui concerne une vision de la société.

Ainsi, la communication, comprise comme une expression verbale des hommes politiques, est un héritage historique mais aussi une tradition politique dans un pays qui a vénéré des « beaux-parleurs ». D’ailleurs, on peut remarquer que souvent la critique du « c’est que d’la com » touche les adversaires, mais pour les hommes politiques que l’on supporte, leurs mots sont justes et vrais. Bref, comme la qualification de propagande – c’est toujours l’ennemi qui fait de la propagande, jamais notre groupe – la qualification du « c’est que d’la com » se trompe sur ces deux dimensions, à la fois héritage et tradition de la communication.

La représentation et la communication : parler avec les Français

La représentation, en tant que principe d’organisation politique, implique un représentant, un représenté et un lien entre les deux. Ce lien est déjà un engagement non contraignant par la procédure électorale de désignation des représentants. Autrement dit, c’est un accord de bonne foi entre un homme politique et son électeur – l’expérience nous montre malheureusement que nous, électeurs-consommateurs, souffrons plus que les représentants de cet engagement. Ensuite, ce lien se manifeste clairement par les communications quotidiennes, fortement encouragées par les médias, des ministres et du président. Les réseaux sociaux ont encore multiplié ces communications, faisant même de Twitter le porte-parole le plus prolifique de l’exécutif français. (À l’heure où j’écris ses lignes, je constate, avec un intérêt aussi diminué que la motivation d’un panda, que François Hollande a dit, je ne sais où et en quelle occasion, « Zola est un écrivain de génie, il chercha à montrer le monde tel qu’il était. Il inventa un genre »).

La démocratie représentative insiste sur l’entretien d’un rapport avec les citoyens et l’exécutif, qui est le représentant de l’État. L’exécutif français n’agit pas au nom de l’État, il agit comme s’il était l’État. De fait, les ministres et le président de la République s’expriment très souvent, et ces communications ne sont pas anodines. Que penserions-nous si les ministres agissaient tout au long de l’année sans jamais prendre la parole ? Les accusations de tyrannie ne tarderaient pas à tomber et à juste titre. Il est bien entendu que ces communications n’ont pas à être « vraies » ; les mensonges, les exagérations, la langue de bois sont monnaie courante. Cependant, il faut comprendre cette contrainte à communiquer pour l’exécutif, qui est une contrainte de démocratie représentative. Nos représentants nous rendent des comptes, sans pour autant que nous puissions manifester notre mécontentement et notre accord – si ce n’est par les sondages ou les manifestations, ces « pires façons » de communiquer.

La communication sert aux ministres et au président de la République à parler aux citoyens français. C’est une nécessité pour notre système politique dit de démocratie représentative ; nos représentants doivent s’exprimer sur ce qu’ils font ou comptent faire, sur ce qu’ils pensent, sur ce qu’ils rêvent. Nous noterons par contre nous n’avons pas les moyens de nous exprimer. Ce rapport qui s’instaure au travers de la communication est donc franchement inégal, voire violent quand ils donnent des ordres et décident de notre avenir sans que nous puissions élever la voix.

La communication et non la violence physique

Plus haut nous avons vu que la démocratie prônait la discussion et non la violence physique. En clair cela signifie qu’un régime démocratique ne peut, en principe, recourir à la force pour convaincre ses membres et que la voix est l’instrument de la résolution des conflits. C’est un élément dont il ne faut pas sous-estimer l’importance car il détermine la mise en forme du gouvernement du peuple. D’un côté, c’est bien parce que nous sommes en démocratie que nous ne souffrons pas de coups de fouet quand l’État veut nous faire aller dans une direction précise. D’un autre côté, c’est aussi la source de biens des conflits, que ça soit dans l’interprétation de la communication de l’État ou dans le simple fait que cette communication est censée n’être que de la communication justement. De toute façon, qui a dit que la démocratie devait être un régime sans conflit ?

Aujourd’hui le problème est que la communication de l’État est devenue une mise en scène trop visible, en partie à cause des médias et en partie à cause des hommes politiques qui ont cru au prétendu pouvoir des conseillers en communication, auto-proclamés maîtres dans l’art de la manipulation de l’ « opinion publique ». Nous demeurons dans un régime démocratique et la violence physique est toujours éloignée mais elle se fait de plus en plus menaçante. La violence physique de l’État n’est pas une nouveauté, les CRS qui existent depuis plus de 60 ans en témoignent, pourtant le risque semble n’avoir jamais été aussi grand de tomber dans un régime où la violence physique n’est plus exclue. C’est tout particulièrement le spectre projeté par la lutte contre le terrorisme. Il ne fait en tous cas aucun doute que la violence symbolique, elle, est sans cesse plus grande – le « 49-3 » pour la loi travail étant un sommet dans le genre. Alors, si la communication étatique garantit quelque part cet idéal démocratie de la parole avant le poing, elle n’éloigne pas définitivement ce dernier, ni ne diminue la violence par la parole.

Communiquer en démocratie est donc une contrainte pour les ministres et le président de la République. La communication est à la fois un héritage de la Grèce antique et une tradition française, dont l’ « art de s’exprimer » de Charles de Gaulle a été tant vanté par exemple. Également, elle affirme un rapport inégal entre les citoyens et les membres de l’exécutif français, où ces derniers se doivent certes de rendre des comptes mais où les premiers n’ont finalement pas leur mot à dire. Enfin, dans la communication de l’État, nous retrouvons une volonté d’éloignement non définitive de la violence physique mais un recours à une forme de violence symbolique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *