La justesse du mot. Un « art » de chercheur

La différence principale entre un poète et un chercheur ? Le premier peut se permettre de laisser un monde d’interprétation symbolique dans un mot ; le second doit trouver le mot juste pour limiter le plus possible le nombre d’interprétation possible. Bien entendu, on trouvera ça et là des jeux de mots, des obscurités, des ambiguïtés, mais dans l’idéal le chercheur en science sociale se doit d’être très précis, donnant souvent à son discours des allures peu séduisantes. Nous allons voir ici les quelques raisons qui font que le discours scientifique apparaît difficile, voire alambiqué – les plus vulgaires diront même que cela relève de la masturbation des neurones. Pourtant, si certains peuvent prendre un malin plaisir à « parler compliqué », il faut remettre la production de ce discours dans ses contraintes sociales.

La difficulté de décrire le social avec un langage précis

Les sciences dites dures ont la « chance » de pouvoir compter sur un langage précis pour définir ce qu’ils analysent et constatent au travers de leurs expériences. La plus chanceuse de toutes est bien la science mathématique. Si les mathématiciens peuvent se disputer sur telle ou telle équation est-elle juste ? Correspond-t-elle à la réalité ? – ils n’ont pas en revanche à s’étendre sur la signification d’un chiffre ou d’un signe ; 1 veut dire 1, > veut dire supérieur. Tous les mathématiciens sont d’accord là-dessus. Par contre, en sciences sociales, les mots qui sont utilisés sont très loin de faire l’unanimité. Prenons le cas des sciences de l’information et de la communication ; « information » n’est toujours pas définie clairement, alors que « communication » rassemble plus d’avis communs. Ce fait – une science sociale portant le nom de deux éléments de la société dont elle n’a toujours pas établi le sens définitif éclaire bien sur cette difficulté.

Les sciences sociales ne peuvent en fait « re-sémantiser »1 dans une langue artificielle qui traduit clairement ce sur quoi elle porte, comme par exemple E=Mc2. On peut comprendre dans ce sens pourquoi la science économique, dont certains de ses pratiquants la revendique comme une science naturelle, recourt tant aux mathématiques. En somme, une formule mathématique indique sans laisser de doute ce qu’elle veut désigner. Si j’écris « La communication de l’État requiert un monopole symbolique d’un corps de métier, légitimité par une procédure de démocratie représentative et une construction historique », ce que je veux désigner peut porter sur certaines choses, pas clairement définies mais plus clairement « saisissables » quant à leur signification :

  • Est-ce que je veux dire que seuls un certain nombre de personnes formées en groupe spécifique peut communiquer comme étant l’État ?

  • Est-ce que je veux dire que pour communiquer comme étant l’État il faut être légitime forcément ?

  • Est-ce que je veux dire que cette légitimité doit être démocratique ?

  • Est-ce que je veux dire qu’elle doit nécessairement être dans le temps long sinon elle devient non-légitime ?

Toutes ces questions ramènent la pensée à une forme déterminée, elle marche sur un chemin. Un chemin ardu certes, mais un chemin que je me suis efforcé de tracer de la façon la plus saisissable possible. Si j’avais écrit « L’État communique avec des professionnels qui sont élus », je signifiais grossièrement la même chose. Sauf que les questions amenées par cette phrase sont bien plus nombreuses mais surtout trop générales :

  • Ces professionnels forment-ils un groupe particulier ou sont-ils juste rémunérés pour leur action ?

  • Par qui sont-ils élus ?

  • À quoi correspond la démarche d’élection ? Est-elle démocratique ? Est-elle aristocratique ?

  • Pourquoi ont-ils le droit de communiquer pour l’État ?

  • Ce droit est-il récent ou pas ?

Arrêtons là la liste au risque de la voir se rallonger mais nous pouvons comprendre au regard de ces questions qu’elles sont plus larges que les précédentes. Elles mériteraient même d’autres questions pour les préciser. Le chemin tracé ici est donc confus.

Le social est donc difficile à décrire avec des mots, dont l’utilisation quotidienne les rattachent à des représentations sociales qui diminuent leur portée analytique. Certains chercheurs sont même contraints d’inventer des mots, comme E. Morin et son « Principe hologrammatique »2. Cependant, la précision dont fait preuve le chercheur dans la pratique des mots vise à réduire les possibles interprétations, même si en contrepartie, les phrases peuvent apparaître plus difficiles à lire.

Les sciences sociales : un champ et son vocabulaire

Les médecins ont un vocabulaire précis et heureusement. Imaginez les dégâts s’ils se contentaient de dire « enlève le petit bout d’estomac à gauche ». Les chercheur en sciences sociales sont exactement dans le même cas. Utiliser des mots comme « démocratie » ou « politique »des mots qui jouent un rôle fondamental dans l’organisation de la société et dans l’instauration de l’ordre social – sans les questionner est tout aussi dangereux (car c’est maintenir cet ordre).

Ce que j’ai qualifié d’art dans le titre correspond plus à cette « chose du métier », cette pratique précise qui différencie des autres et rend les pratiquants notables. Cette pratique de la justesse du mot se déroule dans le champ universitaire qui, d’après P. Bourdieu3, est un espace social très hiérarchisé et disputé dont les logiques de fonctionnement (entre autres) entraînent une séparation entre dominants et dominés. Même donc dans le champ universitaire regroupant des personnes intelligentes et cultivées qui sont certainement au fait que la violence sociale constitue le quotidien de toutes et tous avec ses injustices et ses discriminations, les logiques sociales de domination sont présentes. Elles sont seulement plus implicites, mais elles sont bien présentes. En réalité, le champ universitaire qui renvoie l’image d’un regroupement de personnes dont la réflexion est la préoccupation principale n’est pas exempt des luttes d’égo, de la défense d’idéologie, du carriérisme. (Pour cette raison, la réflexion scientifique ne peut pas, selon moi, atteindre sa pleine capacité d’engagement dans le social.)

Une fois que l’on comprend que la recherche en sciences sociales est un champ, il faut y associer des logiques sociales et nous avons brièvement évoqué la logique de domination mais ce n’est pas le sujet. Il existe également la logique de la langue ésotérique, qui est en fait la logique de la constitution d’un groupe par le partage de codes langagiers. Comme les médecins, les chercheurs partagent un vocabulaire qui leur permet à la fois de s’identifier en tant que membres d’un groupe et à la fois de faire progresser leur réflexion. En effet, si les membres d’un groupe dont un des objectifs est justement de progresser dans leurs objectifs, ils ont besoin de se coordonner et d’échanger. Le vocabulaire fait partie de ses moyens d’échange. Plus encore, il existerait un « suivisme grégaire »4, c’est-à-dire un comportement poussant les chercheurs à se regrouper à partir des mots qu’ils utilisent. Il faut retenir qu’il est plaisant de sentir que l’on recourt à des idées partagées par le reste du groupe, mais que ce suivisme est donc un danger pour la réflexion car il brime l’apport de nouvelles réflexions.

Pour résumer, d’un point de vue épistémologique, le partage d’un vocabulaire permet de faire avancer la réflexion. En effet, en n’ayant pas à recommencer le travail de définition, les chercheurs peuvent aller plus loin dans l’analyse, avec le risque d’écarter des réflexions recourant à un vocabulaire différent. D’un point de sociologique, le partage d’un vocabulaire constitue et renforce le groupe de chercheurs, mais le fonctionnement du champ universitaire tend à donner plus de chances à un certain type d’individus d’imposer leur vocabulaire.

Nous aurions pu développer encore bien d’autres points, comme la nécessité de s’écarter des représentations sociales en travaillant le vocabulaire mais cela a déjà été fait dans d’autres billets. Ce billet en revanche a insisté sur cette pratique du chercheur qui est la justesse du mot. J’ai préféré ne pas me contenter d’un apport épistémologique (j’aurais pu m’arrêter au premier point par exemple) en évoquant la dimension sociologique du champ universitaire et ses logiques de domination. Nous pouvons retenir au total que les chercheurs en étant « justes dans le mot » s’efforcent de tracer un chemin de réflexion visant à diminuer les interprétations en orientant la réflexion. Ce travail difficile peut donner une forme repoussante à leurs écrits car ayant une allure alambiquée. Ensuite, ce travail est rendu encore plus difficile car il doit se faire avec la pression d’un ordre spécifique au champ universitaire. Le partage de vocabulaire est enfin une manière d’animer un groupe, avec tous les problèmes et avantages qu’il peut causer.

1PASSERON Jean-Claude, Le raisonnement sociologique : un espace non poppérien de l’argumentation. Paris : A. Michel, 2006, 666 p. (Bibliothèque de l’évolution de l’humanité)

2MORIN Edgard, Introduction à la pensée complexe. Paris : ESF éditeur, 1990, 158 p. (Communication et complexité)

3BOURDIEU Pierre, Homo academicus. Paris : les Éditions de Minuit, 1992, 317 p.

4PASSERON Jean-Claude, ibid.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *