La courbe au point 3. Différents types de critique

La critique a mauvaise image ; elle est cynique, elle est péremptoire, elle est hargneuse, elle est « grande-gueule », elle est « y a qu’à, faut qu’on », elle est sans solution. Bref, la critique est souvent relayée à de la plainte – en cela elle est très française – et quand elle se veut analytique, on la voit sur des grands chevaux. Pourtant, il existe deux types de critique, dont la première vole la vedette à la seconde pour notre plus grand malheur.

La critique polémique : entre attaque personnelle et défouloir

Avant tout, je tiens à préciser que je vais décrire des types, presque des idéaux-types comme les définirait M. Weber. Il faudra donc lire avec recul ces lignes en comprenant que ces deux types de critique généralisent et se distinguent clairement alors qu’en réalité, il est possible dans un discours de retrouver les deux types ou d’avoir une critique ambiguë que l’on ne pourrait facilement classer dans un type.

Il existe une forme d’argument dans un discours qui s’appelle « argumentum ad hominem », autrement dit une attaque personnelle qui n’a d’autres buts de s’en prendre à la personne à qui elle est adressée. Il ne faut pas la confondre avec l’insulte, comme dans le cas où notre ancien président décide de traiter des journalistes de pédophile car il est excédé par les questions sur l’affaire Karachi1. L’insulte est toujours prononcée pour être blessante, elle est une violence affirmée. Un argument ad hominem classique serait de refuser d’entendre quelqu’un car il n’est pas un spécialiste ou un expert d’un domaine donné. L’attaque est franche ; « de toute façon, j’écoute pas ce que tu dis, t’es pas un expert donc tu connais rien ».

La critique polémique vise exactement dans ce sens et peut même carrément se mêler à l’insulte quand elle tend trop vers le défouloir. Elle ne cherche pas tant à faire avancer la réflexion qu’à arrêter celle-ci sur des éléments de dispute assurée comme des « événements » qui font parler, des sujets sensibles maltraités, des caractéristiques personnelles détachables de la capacité à discuter (le physique par exemple), etc. Certaines personnes sont spécialisées dans la critique polémique et pour n’en citer qu’une car elle fait un peu l’actualité, Éric Zemmour. Ses propos récents sur les musulmans2 n’invitent pas du tout à la réflexion, ils condamnent sans détour alors même que la religion musulmane aujourd’hui mérite sans aucun doute un débat. Un nombre grandissant de Français semble se ranger derrière l’idée que l’Islam et ses pratiquants sont un danger. En faisant appel à ce sentiment, volontairement ou pas, Zemmour cherche la polémique et sa critique peut être prise comme une attaque personnelle envers tous les musulmans français – il y a même lieu de penser qu’elle a été prise comme une insulte.

La critique de mise en question : poser des questions et chercher à comprendre

La critique de mise en question s’oppose de manière franche à la critique polémique. Elle ne cherche pas du tout à mener une attaque, son objectif est de faire progresser la réflexion. On pourrait dire qu’elle mise sur la discussion plutôt que la dispute.

Pour rentrer un peu plus dans les détails, on peut distinguer deux types de critique de mise en question ; la critique de surface et la critique de structure. La première s’arrête à des éléments apparents et pose des questions qui amène surtout des réponses constituées de descriptions. La deuxième est une interrogation qui fera appel à l’histoire, à la politique, à la sociologie. Il s’agira de parcourir le temps long pour trouver des explications possibles, aller en fait au-delà de ce que le présent nous offre à voir.

Cet objectif de la quête d’une compréhension permet de faire facilement la distinction avec la critique polémique. Quand cette dernière condamne, la critique de mise en question cherche à comprendre la situation actuelle provoquant des tensions. Bien entendu, elle a le défaut de poser en priorité des questions et, du coup, elle évite les réponses formulées sur le tas, alors que la situation peut justement paraître urgente. La réflexion demande néanmoins du temps. Non pas celui qui remet à plus tard par flemme, mais celui qui remet à plus tard parce que la réflexion – qui veut analyser – demande des efforts importants. C’est pour cela que les condamnations tombent toujours avant les réflexions.

Le manque de réflexion, le manque de critique de mise en questions

La critique polémique, en ce qu’elle arrive le plus rapidement et est la plus susceptible d’être comprise par toute et exposée sans difficulté, séduit. Les médias l’aiment particulièrement car elle peut faire la « une », elle fait vendre. Pourtant, je me répète, elle ne fait pas avancer la réflexion. Nous manquons cruellement de celle-ci. Orwell avait anticipé, quoi que différemment, cela ; il parlait des deux minutes de la haine. Nous avons le droit plutôt à un bon gros quart d’heure de haine – en fait bien plus, mais on ne peut pas résumer l’entièreté de la réalité du quotidien de chacun d’entre nous à l’exposition aux médias, aux hommes politiques et autres polémistes.

C’est très bien pour la cohésion. Comme le montre E. Enriquez3, la haine de l’autre renforce le groupe, renforce l’amour de la ressemblance à travers la haine de la différence. Cet auteur reprend en fait les théories de Freud4 dans ce qu’il appelle le narcissisme des petites différences. Pour le père de la psychanalyse, la culture tisse des liens libidinaux entre les membres d’une même communauté, des liens forts d’attachement qui ont trait à une pulsion. Toutefois, il demeure la pulsion d’agressivité, d’où l’intérêt de susciter l’amour entre les membres d’une même communauté partageant la même culture. L’un des moyens est de traiter en ennemi les individus à l’extérieur du groupe. Cela marche très bien quand il s’agit des Allemands pendant les guerres mondiales. Ils sont à l’extérieur physiquement de la nation. Par contre cela nous amène droit dans le mur si nous traitons les musulmans vivant en France comme des ennemis.

Ainsi, ce que j’appelle la courbe au point est un type de critique particulier, la critique de mise en question, surtout la critique de structure. Elle est bien sûr scientifique, mais elle doit être citoyenne. Les sciences sociales ont leur rôle à jouer pour donner des clés de réflexion. Pour un scientifique, rester neutre aujourd’hui n’est plus une option – à moins que le sujet de recherche éloigne vraiment des enjeux contemporains. Il existe tellement de secteurs de la société qui sont en « crise » que refuser de faire valoir sa chance de critique de mise en question est très regrettable.

1http://www.20minutes.fr/politique/627325-20101123-politique-quand-nicolas-sarkozy-traite-journalistes-pedophiles

2https://www.youtube.com/watch?v=Wwem-Wit6Rk

3ENRIQUEZ Eugène, De la horde à l’État. Essai de psychanalyse du lien social. Paris : Gallimard, 1983, 420 p. (Connaissance de l’inconscient)

4FREUD Sigmund, Le malaise dans la culture. Paris : Flammarion, 2010, 218 p. (GF)

crédit photo


Une réflexion au sujet de « La courbe au point 3. Différents types de critique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *