Trois chiffres qui obsèdent l’État

L’État a le souci des chiffres, c’est-à-dire le souci de représenter la société de façon objective. Avec les chiffres et les statistiques, le gouvernement et la présidence sont en mesure de produire, selon A. Desrosières, « un langage à visée universaliste »1. Les plus hauts représentants de l’État, les ministres et le président, affirment la capacité de l’État à décider de l’universel dans la société française. P. Bourdieu2 souligne lui aussi l’universalisation entraînée par une concentration de capitaux aux mains de l’État. En bref, il semble intéressant de se poser la question de l’utilisation du « monopole de l’universel » par les ministres et le président de la République, au travers des chiffres qui les obsèdent ; que nous révèlent ces chiffres sur les priorités de l’État ? à quoi ces chiffres correspondent-ils d’un point de vue idéologique ? quelles sont les implications politiques ces chiffres ? quels sont leurs rôles dans le gouvernement de la société française ? Et plus particulièrement, quels liens sont établis entre la communication et la construction de la réalité via la diffusion et le commentaire des chiffres de l’État ? Nous ne pourrons certainement pas répondre à ces différentes questions dans ce billet, mais nous tenterons de lancer quelques pistes de réflexion, surtout concernant la dernière question.

Continuer la lecture de Trois chiffres qui obsèdent l’État

Quatre conceptions typiques de l’État en sciences de l’information et de la communication : l’apport des travaux de N. Elias et P. Bourdieu sur la socio-genèse de l’État

Nous verrons dans ce billet quatre types de conceptions de l’État en sciences de l’information et de la communication (SIC) et expliquerons en quoi elles peuvent bénéficier de l’apport des théories de N. Elias et P. Bourdieu sur la formation de l’État moderne.

Continuer la lecture de Quatre conceptions typiques de l’État en sciences de l’information et de la communication : l’apport des travaux de N. Elias et P. Bourdieu sur la socio-genèse de l’État

Exercice de l’auto-analyse : mieux se connaître pour mieux connaître

Quand la posture scientifique se reconnaît comme ne pouvant être neutre, il faut, pour le chercheur, prendre la peine de se connaître. Ce travail d’introspection permet d’évaluer et de comprendre les limites et les biais qui influencent la réflexion sur un objet de recherche.

Continuer la lecture de Exercice de l’auto-analyse : mieux se connaître pour mieux connaître

Le temps et le doctorant

Trois ans est la durée d’une thèse « en règle général »1 et, au maximum six ans2. Pour les sciences sociales, qui ont toujours regardé les sciences dures comme le modèle, la durée idéale serait plutôt de trois ans, surtout pour les thèses financées. Cette accélération du temps du doctorat reflète l’accélération globale de la société, très bien décrite par H. Rosa3. Quelques minutes – pas plus – de réflexion sur le sujet nous amène à questionner les logiques contradictoires derrière cette volonté de donner un coup de pression temporelle aux doctorants.

Continuer la lecture de Le temps et le doctorant

L’État et la communication : voir au delà des apparences

Les apparences de la communication de l’État sont simples ; des hommes politiques essayent de convaincre, tromper, séduire à l’aide de discours. Dès lors, la communication se montre comme un apparat dispensable et trop utilisé par les professionnels de la politique. Celle-ci est une compétition poussant les joueurs à se mettre en scène constamment par l’intermédiaire de la communication.

Continuer la lecture de L’État et la communication : voir au delà des apparences

La parole dans les débats citoyens

Ce billet est un retour d’expérience sur ma participation à quelques débats citoyens. Des réflexions centrées sur l’utilisation de la parole par les citoyens me sont venues en réfléchissant à ces moments d’échanges entre inconnus. Malheureusement, les différents constat formulés par P. Breton, par rapport à ses propres expériences dans des débats qu’il avait organisé et dont l’ouvrage L’incompétence démocratique1 est tiré, semblent tout à fait appropriés. Quelques éléments méritent toutefois d’être creusés, d’où ce modeste billet.

Continuer la lecture de La parole dans les débats citoyens

Une brève analyse d’un discours de campagne électorale

La pratique de l’achat d’adresse email semble être « en marche ». Ce n’est donc pas surprenant que j’ai reçu un appel à aller voter pour la candidate de ce « mouvement » pour la neuvième circonscription de l’Isère, même si je n’ai jamais effectué la moindre démarche pour donner le moyen à ces individus de tenter de me séduire. L’occasion est alors bonne de présenter une brève analyse de cette lettre de la candidate, Elodie Jacquier-Laforge. On retrouvera, bien loin du discours de renouvellement, des impératifs présents dans le discours politique de l’exécutif français depuis au moins quarante ans, si l’on se base sur mes analyses de corpus effectuées dans le cadre de ma thèse. On se posera la question de la signification de la présence de ces impératifs.

Continuer la lecture de Une brève analyse d’un discours de campagne électorale

Dialogue entre deux dogmatiques

La question de la neutralité en sciences sociales est débattue depuis longtemps. Déjà, au début du XXe siècle, M. Weber1 s’interrogeait sur la « neutralité » de la sociologie naissante et la rapportait à la relation entre chercheur et valeurs. Il n’était pourtant pas radical sur ces relations et soutenait que les chercheurs pouvaient avoir des jugements de valeur, à condition de les signaler aux lecteurs – et à eux-mêmes –, c’est-à-dire qu’ils aient conscience de formuler des jugements de ce type2. L’autre fondateur de la sociologie, É. Durkheim reconnaissait le rôle du chercheur quant à l’amélioration de la réalité. Comme l’indique dans la préface de la seconde édition De la division du travail social, « Si nous séparons avec soin les problèmes théoriques des problèmes pratiques, ce n’est pas pour négliger ces derniers : c’est, au contraire, pour nous mettre en état de mieux les résoudre »3. Toutefois, É. Durkheim rappelle que les idéaux ne doivent pas influencer l’analyse du réel. Au contraire, pour le sociologue français, il faut observer le réel et définir l’idéal à partir de cette observation – l’idéal doit reposer sur des faits. En citant ces immenses auteurs des sciences sociales, nous souhaitons souligner que la question de la neutralité n’est pas radicalement tranchée, n’en déplaisent à ceux qui se cachent derrière l’autorité de M. Weber et d’É. Durkheim pour se donner raison en proposant une lecture partiale et partielle de ces auteurs. Le texte qui suit propose un dialogue imaginaire entre deux dogmatiques, deux enseignants-chercheurs de notre époque, chacun campant sur ses positions, comme deux armées se font face ; l’un défend la neutralité de la science comme vérité indépassable ; l’autre défend l’engagement de la science comme injonction inévitable. Pour la caricature, nous nommerons le premier Max et le second Émile.

Continuer la lecture de Dialogue entre deux dogmatiques

Maman : quelques éléments d’étymologie et de psychanalyse

Pour la fête des mères, le bon fils que je suis voulais rédiger une petite note très simple sur les origines du mot « mère ». Malheureusement, rien de très flatteur n’est ressorti d’une lecture d’un ouvrage d’É. Benveniste, alors je suis allé voir du côté de la psychanalyse, pour montrer à quel point les mères sont irremplaçables dans la vie d’un individu.

Continuer la lecture de Maman : quelques éléments d’étymologie et de psychanalyse

Durkheim et le brevet de secourisme

Il ne fait pas de doute que trouver un travail est une préoccupation première dans notre société – il n’y a qu’à constater le manque de respect dont font l’objet ceux qui échappent, volontairement ou pas, au marché du travail. Nos vies sont en conséquence orientées vers une finalité productive (contribuer au PIB) ou une finalité utilitariste (servir à quelque chose de productif). Les étudiants à qui j’enseigne l’ « art » d’écrire des CV et des lettres de motivation ont très bien compris cela ; peut-être même trop si l’on en juge par le cynisme, bien révélateur, avec lequel ils approchent les compétences sociales et les qualités humaines. La question de la morale, tel que Durkheim a pu la traiter, peut-elle alors se poser ?1

Continuer la lecture de Durkheim et le brevet de secourisme

C’est pas que d’la com ! ; La séduction par la communication : acceptation (paradoxale) d’une pratique des élections présidentielles

Les élections présidentielles et la communication sont deux amies très proches ; les premières donnent du boulot aux communicants, la seconde donnera peut-être du boulot dans la machine étatique à des professionnels politiques. Pour cette raison, la communication fait l’objet d’un investissement, financier et humain, important pendant cette période clé de la démocratie représentative. Cette dépense (en énergie et en billet) doit nous interroger sur l’usage qui est fait de la communication, particulièrement sur l’acceptation qu’elle semble susciter.

Continuer la lecture de C’est pas que d’la com ! ; La séduction par la communication : acceptation (paradoxale) d’une pratique des élections présidentielles

Faisons-nous de la politique comme les grands singes ?

La politique est de partout en ce moment. Plus que d’habitude même étant donné qu’un petit groupe de professionnel se mettent en scène pour essayer d’obtenir le contrôle de l’État, ou au moins d’une partie de celui-ci, pendant cinq ans. Ces personnes pavanent, serrent des paluches, sourient et grondent devant les caméras, touchent voire embrassent les futurs électeurs. En bref, ils sont en campagne pour obtenir le maximum de soutiens. Les hommes n’ont pas le monopole de cette mise en scène des relations de domination. Les grands singes, c’est-à-dire les chimpanzés, les bonobos, les gorilles et autres, savent aussi chercher des alliés et s’assurer de leur statut de dominant. À vrai dire, nous formons avec eux la famille des primates, il n’est donc pas surprenant que nous partageons des caractères sociaux. Plus généralement, nous gagnons à descendre du piédestal sur lequel nous nous sommes mis, comme êtres vivants soit-disant supérieurs, pour nous rendre compte à quel point nous ressemblons aux grands singes, même dans ces caractéristiques culturelles que nous croyons si uniques.

Continuer la lecture de Faisons-nous de la politique comme les grands singes ?

Le désintéressement chez les élus/élites : l’intérêt de se dire désintéressé

Pourquoi aller voter franchement ? Hé bien parce que tous les candidats nous promettent qu’ils prendront soin de nous, qu’ils défendront les intérêts de la France, qu’ils veilleront à augmenter le bien-être commun, que les intérêts privés passeront après l’intérêt général, que jamais, ô grand jamais, ils ne feront bénéficier à leur propre personne ou leur entourage des bénéfices de leurs fonctions.

Continuer la lecture de Le désintéressement chez les élus/élites : l’intérêt de se dire désintéressé

Mais pourquoi tant de colère et de dédain envers les non-votants ?

Je dois le dire ; je ne compte pas voter pour les élections présidentielles de 2017. Non pas parce que je me range derrière l’idée simpliste d’un « tous pourris », ou parce que je n’ai pas envie de faire de la politique, ou parce que ça ne m’intéresse pas, ou encore parce que je sais que mon vote ne changera pas la société. Tout au contraire, mon choix, car j’ai choisi ma position politique et l’assume en conséquence, est le fruit d’un engagement politique qui reconnaît la complexité du gouvernement d’une société. Il reconnaît également l’indispensable intérêt que chaque citoyen doit apporter à la vie politique. Il reconnaît enfin que les choix citoyens sont à l’origine de véritables changements. Pourtant, alors que j’expose cet avis argumenté, trop souvent j’ai affaire à la colère ou le dédain, parfois les deux, envers le choix de m’abstenir.

Continuer la lecture de Mais pourquoi tant de colère et de dédain envers les non-votants ?

Petit lexique de résistance pour les votants

La campagne présidentielle monte doucement mais sûrement en puissance. Si bien qu’il faut mieux s’écarter pour ne pas se faire écraser par le train d’informations. Le recours à certains mots dans les discours politiques et médiatiques cache un attachement idéologique ou un engagement politique qui ne veut pas se reconnaître comme tel. Il semblait donc nécessaire de faire le point en proposant un petit lexique de résistance pour les votants, à utiliser sans modération, à partager sans limite d’excès car de la connaissance sur la société peut venir un véritable changement. La maigre contribution de ce billet vise à engager cette prise de conscience d’une nécessité politique de changement ; ce dernier passe par la compréhension que l’usage des mots n’est jamais innocent.

Continuer la lecture de Petit lexique de résistance pour les votants

Pour réfléchir sur la communication de l'État ; et autres…